Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 21:09

C’est quand même impressionnant de constater qu’avec un Panda comme logo, un nom particulièrement ancré dans les mentalités (à savoir le WWF), et bien, on peut amener tous les médias à écrire des choses fausses et inonder les réseaux sociaux de solutions erronées.

 

 

Depuis hier, on voit le classement publié par le WWF des 25 entreprises françaises les plus impactantes en matière d’environnement, sur la biodiversité…. Pourquoi pas et je ne conteste pas le fait que ces entreprises aient un réel impact…..Non, ce qui est choquant, et là où Pascal Canfin et le WWF se trompent totalement, c’est qu’ils nous font croire que la solution, pour que ces entreprises soient moins dévoreuses d’environnement, réside dans la certification.

 

Et là, je ne comprends même pas qu’un ancien Ministre ose tenir de tels propos …ou alors c’est peut être juste pour défendre son business actuel à la tête du WWF ??

Quand le WWF et Pascal Canfin se trompent complètement...et nous embrouillent !

 

Si la certification était la solution à tous nos problèmes, cela se saurait, non ?

 

Prenons 3 exemples. Pour le WWF, il faudrait que les entreprises du classement n’achètent que de l’huile de palme certifiée et … la vie serait vraiment plus belle pour la planète ? Désolé mais là, c’est clairement mensonger !

 

Premièrement, la certification pour l’huile de palme (RSPO) est tellement peu exigeante (elle ne protège en rien les tourbières ni les zones à forte valeur de carbone), que cet organisme de certification s'est cru enfin obligé de lancer très récemment une certification « + »… la "RSPO Next"  !

Deuxièmement, qui sont les plus gros consommateurs d’huile de palme dans le monde ? La Chine, l’Inde, l’Indonésie puis vient l’Europe. Qui peut croire un seul instant que si les entreprises françaises (voire européennes) consommaient toutes de l’huile de palme certifiée (mais on parle ici d’une VRAIE certification, pas d’un truc « light » comme c’est le cas actuellement), cela changerait les achats des Chinois ? Indonésiens ? Indiens ? ….

 

Mais nous, en France, nous serions satisfaits ! On aurait enclenché la « machine à fric » avec des « certifications », des « organismes certificateurs », des « organismes de contrôles »…. Au final, en tant que consommateur, nous sommes doublement victimes : on paye les produits plus chers (et oui, tout cela coûte très cher et est impacté sur le prix final) et on n’arrête pas la déforestation…un comble, non ?

Quand le WWF et Pascal Canfin se trompent complètement...et nous embrouillent !

Deuxième exemple avec le Soja. Qui peut croire que c’est du Soja certifié (encouragé là encore par le WWF) qui va arrêter la déforestation en Amazonie ? Ici aussi, on cherche à créer des « machines à fric » alors que les plus gros consommateurs de soja dans le monde ne sont pas les européens et que c’est bien le Moratoire sur le soja amazonien (initié et encouragé par Greenpeace) qui a permis de limiter fortement la déforestation en Amazonie !

 

Enfin, prenons le dernier exemple avec une autre certification, celle peut être la plus connue dans le secteur du bois : le FSC. Cette certification est exemplaire en matière de gestion des ressources forestières mais dans le monde, est ce que tous les exploitants des forêts ont les moyens financiers de faire des audits assez complexes pour acquérir cette certification ?

 

Clairement non donc, résultat, il n’y a dans le monde qu’une partie minime de forêts certifiées.

 

Et quand bien même….faut-il mieux pour une des entreprises présente dans le Top25 du WWF, acheter du bois « certifié » qui vient de l’autre bout du monde ou du bois local, sans certification mais géré durablement ? Car il faut dire que ce n'est pas parce que l'on n'a pas de certificat que l'on n'est pas vertueux ! 

 

Quand le WWF et Pascal Canfin se trompent complètement...et nous embrouillent !

Franchement, la ficelle est un peu grosse et je trouve que pour une organisation qui veut lutter contre l’épuisement des ressources naturelles, ce n’est pas sérieux. Ou peut-être est-ce simplement l’envie d’engranger de nouveaux clients ?

 

 

Dans tous les cas, ce n’est pas avec des « certifications » qui font plaisir à une certaine frange de consommateurs des pays riches que nous sauverons la planète. C’est plutôt en cherchant à transformer l’ensemble des filières, en y apportant de la transparence et en impliquant les populations locales concernées.

 

L’argent est là… et plutôt que de le mettre dans des certifications, mettons-le dans des outils qui transforment réellement car des solutions existent et elles ne demandent qu’à être encouragées !

 

Et puis, pour terminer ce coup de gueule, je trouve que la chanson d'Abba, Money, Money, Money, illustre bien cette démarche de certification mais hélàs ne nous sauvera pas du réchauffement climatique, de la déforestation ni de la perte de biodiversité. Par contre, elle enrichira pas mal d'intermédiaires d'ici là ! 

11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 22:15

 

Nous savons tous que pour nourrir de plus en plus d'humains, il va falloir faire des choix quant à notre modèle agricole. Alors que l'on nous fait croire que l'agriculture intensive peut représenter une solution, voire même les OGM qui viendraient sauver l'humanité (quelle blague!), de vraies solutions alternatives existent....et les forêts comestibles représentent une de ces alternatives particulièrement époustouflantes !

 

 

 

 

Forêt comestible à Mouscron, en Belgique, à proximité de Lille

Forêt comestible à Mouscron, en Belgique, à proximité de Lille

J'ai eu la chance de visiter récemment le Jardin des Fraternités Ouvrières, à Mouscron en Belgique, à quelques kilomètres de Lille. Difficile d'imaginer, alors que vous êtes dans une rue typique des villes minières, qu'une forêt nourricière se cache derrière les maisons en brique et que cette forêt compte plus de 5.000 variétés végétales (arbres, arbustes, lianes, fleurs, légumes, fruits) sur une surface d'environ 1.800 m2.

 

 

Depuis plus de 40 ans, Gilbert et Josine Cardon entretiennent cet espace selon quelques principes qui devraient tous nous guider : respect et observation de la nature, volonté de recréer des écosystèmes complets, bannir les pesticides et autres engrais et surtout .... expérimenter !

 

 

Et si les forêts comestibles étaient la solution ?

Si vous venez visiter ce lieu, et je vous recommande vivement de le faire, ne vous attendez pas à trouver une rangée d'oignons, puis une rangée de carottes, puis une rangée de pommes de terre... Non, vous êtes ici dans une forêt et ces légumes vont être disposés à différents endroits, suivant des associations que Gilbert a pu tester avec des plantes qui profitent les unes aux autres, et suivant la lumière de disponible......C'est tout simplement incroyable !

 

Aucun pesticide n'a franchi l'entrée de cette forêt nourricière urbaine, les sols sont particulièrement fertiles (3 kg de vers de terre au m²!) , recouverts de branches, feuilles ou de plantes couvre-sols, une mare est présente pour les crapauds et autres grenouilles. Des abris à insectes sont positionnés ici ou là et les fruits et légumes sont en abondance, tout au long de l'année.

 

Et puis, pour vous donner une idée très rapide, on a 395 pommiers de 312 variétés, 240 poiriers (de 160 variétés), 80 pruniers, 70 cerisiers (de 60 variétés), des figuiers (plus de 40), des plants de vignes, des ronces fruitières, des agrumes.....c'est clairement une forêt nourricière !

 

 

 

Et si les forêts comestibles étaient la solution ?

Ici, c'est un vrai centre d'expérimentation mais aussi et surtout de partages. D'ailleurs, le jardin porte très bien son nom...celui des fraternités ouvrières ! L'accueil est très chaleureux, que ce soit les propriétaires ou les personnes venues assister aux cours car oui, il y a des cours gratuits ...... les deux premiers dimanche de chaque mois. Sinon, sachez qu'une permanence est ouverte tous les jeudis entre 14 et 18H00.

 

Vous pourrez suivre les cours de Gilbert.... drôle, sympathique mais aussi particulièrement pédagogue, avec une connaissance infinie de la terre et des associations de plantes/fleurs/arbres.Si vous n'habitez pas à proximité de Mouscron (bon, c'est la grande banlieue de Lille), vous pouvez retrouvez les vidéos de formation de Gilbert sur Internet.

 

 

Un dimanche matin, lors d'une formation, dans la "grainothèque"

Un dimanche matin, lors d'une formation, dans la "grainothèque"

Si vous vous rendez sur place, vous aurez l'occasion de découvrir la "grainothèque" (bon, je ne sais pas si on peut utiliser ce terme mais vous le comprenez, je pense), avec plus de 6.500 variétés de légumes, fleurs, arbres et arbustes à disposition. Mises en sachet par des bénévoles, ces graines viennent parfois du monde entier et permettent également d'encourager une préservation d'espèces végétales sous toutes les latitudes.

 

 

Venez découvrir ce lieu incroyable et faites-vous une idée sur les forêts comestibles...... plus qu'une expérimentation, cette solution représente une vraie solution quant aux enjeux face à l'utilisation des sols, pour nourrir l'humanité .... et tout cela, naturellement, sans aucun engrais ou autre pesticide, et tout en préservant la faune.....qui dit mieux?

24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 18:06

Tel notre célèbre gaulois dans son village entouré d'ennemis, M. Jyani est un fermier indien qui a son exploitation entourée de cultures OGM et autres confrères ayant recours fortement aux pesticides, herbicides et fertilisants.

 

Situé à proximité d'Abohar, dans la partie ouest de l'Etat du Punjab, à quelques encablures du Pakistan, Vinod Jyani a décidé depuis plus de 10 ans que sur ses terres, les sols seraient protégés et les seuls intrants qu'il utiliserait seraient d'origine naturelle.

M. et Mme Jyani présentant un de leur livre de référence ....celui de Claude Bourguignon sur les sols!

M. et Mme Jyani présentant un de leur livre de référence ....celui de Claude Bourguignon sur les sols!

Pour lui, tout a commencé en novembre 2005.

 

Après avoir suivi une présentation sur une approche naturelle de l'agriculture, Vinod Jyani a décidé du jour au lendemain d'arrêter tout recours aux fertilisants et autres produits issus de l'industrie pétrochimique, pour ne plus trouver que des solutions naturelles pour ses récoltes.

 

Pourquoi un tel choix? Tout simplement car il "ne voyait pas de fin viable à ces recours aux produits chimiques et qu'il constatait qu'il lui en fallait de plus en plus tous les ans, et qu'en plus, il avait le sentiment de détuire en même temps les sols de son exploitation!"

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Ainsi, il a décidé de se lancer dans le "natural farming", que je traduirais peut être par une agriculture naturelle.

 

Lorsque je lui ai demandé quelle était la différence avec l'agriculture bio, il m'a clairement répondu qu'il voulait avoir une approche holistique de l'agriculture, avec un rôle important à jouer également pour la biodiversité, aussi bien au niveau des récoltes que des animaux présents sur son exploitation.

 

Alors qu'au début de sa transformation, il ne savait pas trop comment il allait faire, étant un des pionniers en Inde, les années suivantes lui ont permis d'expérimenter et de mettre en place des techniques de plus en plus performantes et naturelles, bien évidemment !

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Pour vous lancer dans le "natural farming",et devenir également auto suffisant et indépendant (car c'est aussi cela l'idée), il vous fait absolument un cheptel de vaches avec "bosse", ces vaches sacrées en Inde . (Bon, désolé, n'étant pas un spécialiste des vaches, je n'ai pas réussi à trouver le nom exact de cette race!). Pour Vinod Jyani, ces vaches sont les meilleures et un vrai don du ciel.

 

Le cheptel se compose ici d'environ 50 vaches et toutes sont traitées avec amour et respect. Chacune a un nom .... qu'elles reconnaissent facilement et auquel elles répondent (pour l'avoir vu, c'est ...impressionnant ! ). Ces vaches ont pour certaines des petits et même si les uns et les autres vivent dans des espaces séparés, au moment de la traite, on appelle la mère et son petit et tous les deux se présentent à la porte de leurs enclos respectifs. La traite peut alors commencer mais ...... JAMAIS avant que le veau n'ait eu du lait de sa mère.

 

Pendant les 15 premiers jours, les veaux ont tout le lait de leur mère, puis entre 15 jours et 1 mois, ils ne têtent que 3 pis, 2 seulement jusqu'à l'age de 2 mois puis un seul pendant encore 6 mois. Après, ils sont autorisés à têter quelques secondes le pi de leur mère pour ensuite s'alimenter autrement et laisser le lait pour les habitants de la ferme. Dans tous les cas, selon Vinod Jyani, si le veau ne tête pas un minimum et ne passe pas assez de temps quotidien avec sa mère, celle ci ne produira pas de lait avec amour, lui faisant perdre ses facultés nutritives.

 

 

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Pourquoi un cheptel pour être auto suffisant?

 

 

Au delà du lait, beurre et autres laitages, les vaches permettent de faire la cuisine, grâce au méthane produit, qui vient alimenter les plaques de cuisson. En effet, les bouses et autre urine de vaches sont mélangées et stockées dans des réservoirs. Il s'en dégage du méthane, lequel est utilisé pour les fourneaux de la maison et le reste, qui a été décarboné, va servir d'engrais naturel pour les sols. A ce jour, sur l'exploitation, on arrive à produire environ 50 m3 de méthane, qui servent donc à la cuisson mais aussi comme "carburant" pour les tracteurs !

 

De même, ces "ressources naturelles" servent à restaurer en profondeur les sols. Voici la recette idéale ..... 10 kilos de bouse, 5 litres d'urine de vache, 2 kilos de gur (sucre non raffiné produit dans la ferme), 2 kilos de farine de lentilles (issues de la ferme également) et 200 litres d'eau.... voilà le cocktail idéal pour fertiliser naturellement vos champs !

 

 

Sur cette ferme, on innove en permanence. J'ai pu voir entre des arbres fruitiers de "Qinou" (mélange d'orange et de citron), du blé, de la coriandre, du lin ou encore de la moutarde pousser de manière un peu "anarchique".... Ces plantes seront toutes récoltées en avril et les graines seront triées et passées au tamis. Ainsi, plutôt que de n'avoir que des agrumes, les sols produisent également de nombreuses autres récoltes. Pour notre Astérix indien, une des clés de la réussite vient de ce croisement de récoltes, avec des plantes qui viennent enrichir les autres....et les sols ! 

 

 

 

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Les prochains tests vont vont se faire sur le champs ci dessus.

 

Sur les buttes, des pêchers en cours de plantation. Entre, on va y mettre des oignons, de l'ail ou des carottes l'été.

 

Pendant l'hiver, alors que les feuilles seront tombées, on va y planter des concombres et autres légumes de cette même famille, qui ont besoin de s'accrocher à des tuteurs...lesquels seront en fait les branches sans feuille des pêchers en hiver !

 

 Entre ses buttes, les espaces seront dans un premier réservés aux vaches qui fertiliseront naturellement les sols et après un ou deux ans, Vinod Jyani pense également lancer des cultures entre ces buttes, suivant ce qu'il observera de la qualité des sols ! 

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Si vous allez visiter cette ferme, vous serez également surpis du nombre d'oiseaux présents....il y en a partout car Vinod Jyani a planté de très nombreux arbres sur son exploitation et d'ailleurs, tous les étés, il réserve un champ entier pour nourrir les oiseaux...... aucun épouvantail n'est placé sur une grande surface...au contraire, tout est fait pour les attirer car ils viennent aussi fertiliser naturellement le sol et manger les éventuels insectes qui pourraient s'attaquer à ses récoltes !

 

 

Avec des innovations permanentes, une restauration complète des sols en quelques années, une approche autosuffisante et des produits de très grande qualité, Vinod Jyani fait clairement figure de "résistant" dans un Etat de l'Inde où les OGM et autres engrais/pesticides font la loi (jusqu'à représenter 30% d'utilisation de plus que la moyenne nationale indienne).

 

Alors, si vous êtes étudiant en agronomie, ou simplement amoureux de la nature, je vous encourage vivement à vous rendre dans cette ferme car ..... je ne vous ai raconté que le quart de la moitié de ce qui y est fait...... A vous de découvrir la suite !

13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 16:03

Alors qu'en France, on entend très majoritairement des voix (dont je fais partie) se féliciter de la signature de l'accord de Paris, il me semblait intéressant de faire un petit tour du monde pour connaitre les réactions sur cet événement, dans les autres pays.

Cop21- Accord de Paris : Tour du monde des réactions !

Partons d'abord en Suède, pays très avancé en matière de lutte contre le réchauffement climatique et qui a pris l'engagement de ne plus être dépendant des énergies fossiles dès 2050!

Alors que les ONG locales sont plutôt satisfaites de cet accord, toutes s'accordent pour parler surtout "d'un début" et "enfin d'un progrès" en matière de climat.

 

Ce qui est intéressant, je trouve, c'est qu'elles "embrayent" tout de suite en disant au gouvernement "c'est bien mais il faut avancer certainement plus vite pour être indépendant des énergies fossiles, donc, passez à la vitesse supérieure". On sent là bas, et c'est une bonne nouvelle, que la société civile ne va pas baisser la garde et continuer bien au contraire sa pression sur les dirigeants.

 

 

 

Cop21- Accord de Paris : Tour du monde des réactions !

Dans le Guardian, journal britannique très à la pointe en matière d'environnement, ils ont demandé à différents experts mondiaux de réagir à l'accord de Paris.

 

Si dans l'ensemble, l'accord est bien accueilli, une parole vient contrebalancer cet unanimisme, celle de James Hansen (un des premiers chercheurs de la Nasa à avoir alerté sur le lien entre activité humaine et réchauffement climatique dans les années 80).

 

Voici ses propos : "Tout cela est du grand n'importe quoi en disant ". Nous aurons une cible de réchauffement de 2°C à ne pas dépasser et puis essayer de faire un peu mieux tous les cinq ans", ce sont juste des mots, sans aucune valeur ni actions à entreprendre. Tant que les combustibles fossiles seront les moins chers de tous les carburants, ils continueront à être brûlés."

 

Vous le voyez, un discours assez radical mais pas surprenant venant de cet homme qui se bat depuis longtemps pour l'établissement d'une taxe carbone, dont les bénéfices serviraient à financer toutes les énergies renouvelables et non polluantes.

 

 

Cop21- Accord de Paris : Tour du monde des réactions !

Dans le New York Times, le journaliste Justin Gillis parle de l'accord de Paris "comme une étape de guérison mais non comme un remède".

 

Alors que beaucoup de temps a été perdu, le monde semble enfin vouloir aller dans la même direction et Gillis explique qu'il allait falloir maintenant expérimenter de nombreuses nouvelles solutions et être innovants car malgré tout, nous avons perdu trop de temps et que les objectifs de Paris "Bien en deça de 2°" restent très difficiles à atteindre si l'on ne change pas rapidement.

 

Cop21- Accord de Paris : Tour du monde des réactions !

Partons maintenant en Inde pour voir comme l'accord a été accueilli.

 

A dire vrai, il ne fait pas vraiment les titres des journaux mais le ministre Indien de l'Environnement, Prakash Javadekar, a réagi à cet accord dans le Indian Express en disant : " Nous avons ouvert un nouveau chapitre d'espoir dans le vie de 7 milliards d'habitants sur la planète. Nous l'empruntons aux générations futures et aujourd'hui, au travers de cet accord, nous avons assuré à ces générations futures que nous leur donnerons tous une meilleure planète que celle que nous connaissons."

 

 

Cop21- Accord de Paris : Tour du monde des réactions !

C'est intéressant car l'Inde va jouer un rôle crucial dans les années à venir compte tenu de l'importance de sa population et de son niveau élevé de développement. Dans tous les cas, même si ce discours semble assez "classique", il n'en reste pas moins encourageant.

 

 

Ceci dit, et on le sent dans TOUS les médias du monde entier, cet accord de Paris n'est considéré que comme un début ..... A nous, société civile (organisation, associations, entreprises, citoyens, collectivités) de maintenir le cap et de faire en sorte que toutes les décisions d'avenir soient prises au regard de cet accord et de son objectif nécessaire des 1,5° maximum de réchauffement de la planète !

19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 21:01

Retenez bien ces 3 lettres qui signifient « High Carbon Stock ». Alors que les négociations de la COP21 rentrent dans leur dernière ligne droite, je trouve étonnant que l’on mette de coté dans les articles et débats une démarche innovante qui a vu le jour en 2011 et qui permet à la fois d’allier préservation des forêts, biodiversité et développement économique.

 

Que je vous explique !

 

Alors, je vous préviens, c’est un peu technique mais bon, si on veut sauver la planète et les forêts, ce n’est pas non plus si facile que ça !

Auparavant, les entreprises de planteurs (celles qui vont donc récolter les matières premières) ne se gênaient pas pour déforester à tour de bras car aucune méthode spécifique de gestion des forêts n’existait. En gros, ces entreprises « essayaient » dans le meilleur des cas de respecter les zones à forte valeur de Conservation (High Conservation Values areas) et pour le reste …..tout partait en fumée !

 

 

Déforetation - Forêts tropicales - Palmiers à Huile

Déforetation - Forêts tropicales - Palmiers à Huile

Heureusement que des ONG comme Greenpeace et le TFT ont pu mettre en place dès 2011 une approche permettant à ces sociétés de prendre en compte, au travers d’une méthodologie avec cartographie puissante sur le terrain, les différentes zones forestières pour s’assurer qu’en cas de mise en culture de nouveaux plants (palmier à huile, hévéa…), cela ne se ferait plus soit sur des tourbières (qui ont le grand avantage de stocker de grandes quantités de CO2) ni sur des zones stockant de gros volumes de CO2….. ces zones étant, au travers de cette mesure, préservées et d’une certaine manière sanctuarisées.

 

 

 

Bon, j’espère que je ne vous ai pas perdu avec ces premiers éléments mais sachez en gros que cette approche permet dans un premier temps de ne plus voir ce type d’aberration...car depuis quand la nature est elle aussi « linéaire » ?

 

.

 

L'approche H.C.S......soit 3 lettres pour sauver les forêts!

Ainsi, au travers de cette approche HCS, on préserve donc les tourbières, les zones à fort stock de carbone, les zones à forte valeur de conservation et aussi les populations locales …car oui, de nombreuses personnes vivent dans le monde dans les forêts (plus de 300 millions ! ).

 

Et à mon niveau, que puis-je faire ?

 

Aussi, en tant que consommateur, il est très difficile de savoir ce qui se passe dans les forêts tropicales au niveau des plantations. Malgré tout, sachez que la plupart des grandes multinationales consommatrices surtout d’Huile de Palme ont publié des politiques d’approvisionnement « zéro déforestation – zéro exploitation » basées sur cette méthodologie innovante HCS. Concrètement, cela veut dire que vous pouvez interpeller telle ou telle entreprise pour lui demander si elle a pris des engagements « zéro déforestation – zéro exploitation » et si oui, avec quelles garanties de mise en oeuvre.

 

Alors, vous voyez, on peut espérer que les choses changent si le secteur privé prend des engagements forts. D'autant plus que ce n’est pas tout ! Alors qu’au départ, cette approche était spécifique à l’Huile de Palme en Asie, on la voit se déployer en Afrique, et petit à petit en Amérique latine aussi bien pour la plantation de palmiers à huile que pour d’autres matières premières.

 

A la veille de la COP21, il y a donc quelques raisons d'espérer quand on voit le secteur privé prendre des engagements forts. A nous, citoyens, de faire en sorte que ces engagements soient réellement mis en oeuvre et partagés par de plus en plus d'acteurs, que ce soient aussi bien des entreprises que des Etats ! 

21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 15:24
potager en ville - exemple de Montréal

potager en ville - exemple de Montréal

Comment l'agriculture s'intègre t'elle dans votre ville? Est-elle d'ailleurs prise en considération?

Sachez que je reviens d'une semaine de formation/sensibilisation à l'Agriculture Urbaine à Montréal et croyez moi...... Ouahhhh, il y a tellement à faire ici, en Europe, en nous inspirant de nos amis québécois (entres autres ;-))

Agriculture urbaine Montréal

Agriculture urbaine Montréal

Quand on parle d'agriculture urbaine, on imagine plusieurs choses, des champs dans la ville, des potagers, des vergers ..... C'est cela, mais cela peut prendre la forme aussi de "trottoirs gourmands", de fermes sur les toits, de fermes "hors sols", de parcs nourriciers, balcons potagers ou pourquoi pas d'agriculture dans votre propre maison.... Bref, ce terme est multiforme et c'est justement ce qui en fait son intérêt !

Agriculture urbaine : un secteur d'innovations et inspirant Agriculture urbaine : un secteur d'innovations et inspirant Agriculture urbaine : un secteur d'innovations et inspirant
Agriculture urbaine : un secteur d'innovations et inspirant

Aussi, face à ce mouvement naissant, ces solutions inspirantes, innovantes et porteuses d'espoir, j'ai décidé de lancer un nouveau blog, entièrement dédié à l'agriculture urbaine. Vous y retrouverez des articles de lieux visités, des interviews, des conseils pour vous lancer dans cette approche, des formations ... Voilà, un espace que je souhaite ouvert à toutes les idées des uns et des autres, permettant de réintégrer la nature et l'agriculture en ville !... C'est ici que ça se passe !

 

 

Quant à ce blog, www.ecolodujour.com, rassurez vous, il va toujours continuer à exister...même plus que jamais, avec de nouveau des articles toutes les semaines !

 

 

Donc, bonne découverte, bonne reprise et tous à vos jardins ;-)

26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 14:50

L'arbre joue un rôle essentiel dans notre vie.

 

 

boulot

 

 

Que ce soit pour la beauté des paysages, la qualité de l'eau, de la terre, de l'air, pour les fruits qu'ils nous offrent....les arbres représentent un élément essentiel du monde végétal, de la biodiversité et devraient faire l'objet de plus d'attentions de nous tous. Aussi, le festival de l'arbre permet justement de parler de tous les enjeux rattachés aux arbres, aussi bien au travers de conférences, balades, randonées, chantiers nature et autres expositions.

 

J'ai eu la chance d'assister lundi matin à une conférence passionnante, animé par Denis Cheissoux, sur le  thème "L'arbre dans tous ses états". Parmi les brillants intervenants, je vais citer principalement Jean Marie Pelt, qui est à mes yeux le père de l'écologie urbaine et Lydia et Claude Bourguignon, spécialistes de la microbiologie du sol et de l'arbre, et de son rôle dans les cycles eau, air, terre.

 

Je vous livre ici les idées qui m'ont le plus marquées mais il m'a semblé qu'un fil conducteur était présent dans tous ces échanges ...... c'est tout simplement que nous ne faisons pas assez appel aux écosystèmes dans notre quotidien (aussi bien en ville, qu'en agriculture) et que nous passons à coté d'incroyables opportunités que nous fournissent les arbres !

 

Arbre en ville

 

Jean Marie Pelt a clairement expliqué que les arbres n'étaient pas protégés et que partout dans le Monde (sauf en Europe), la forêt était en régression, avec une accélération de la déforestation en Asie du sud-est actuellement !  En plus d'être des puits de carbone, les arbres permettent de désintoxiquer l'atmosphère grâce à l'oxygène créée et l'absorption de polluants qui sont transformés par les feuilles et racines, diminuant ainsi naturellement les pollutions.

 

Au delà de son impact sur la qualité de l'air, les biologistes Lydia et Claude Bourguignon ont expliqué en quoi l'arbre était important pour la qualité du sol, dans la mesure où il était un grand régulateur de la biosphère, qu'il remplissait les nappes phréatiques et qu'il enrichissait les sols d'azote et autres champignons, en formant de l'humus. Aussi, d'un point de vue agricole, le modèle qui a longtemps existé en Europe était de l'agroforesterie. Cependant, après la première guerre mondiale, l'équilibre agro-sylvo-pastoral a été détruit avec l'abandon des haies et arbres dans les champs. Curieusement, de nombreuses études ont démontré que les rendements agricoles étaient meilleurs dans des parcelles  avec arbres mais les modes agricoles dits modernes semblent l'avoir oublié !

 

Alors que les présentations de tous les intervenants nous ont offert un vrai bol d'oxygène, on en arrivait à se demander pourquoi nous ne prenions pas assez en compte ces éléments aussi essentiels à notre vie !

 

peterpan

 

 

Personnellement, j'avoue me sentir bien lorsque je suis entouré d'arbres ou en regardant de beaux arbres (pas les horribles Thuyas que l'on retrouve trop souvent dans les jardins!) . Hélas, dans ma région ,le nord pas de calais, le couvert forestier ne représente que 9% du paysage .... contre 30% sur l'ensemble du territoire français ! Aussi, je me prête à rêver que ce festival aura un impact sur un maximum de personnes (particuliers, agriculteurs, entreprises, associations....) et que les arbres se multiplieront prochainement autour de nous ! Et dans vos régions, quelle est la situation?

Published by Gregoire - dans Nature
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 13:17
Depuis 2 mois, la Suède enregistre une vague de froid et il faut remonter en 1987 pour trouver des températures encore plus fraiches que celles que nous avons enregistrées. Quant à la neige....et bien, ce sont bien des records historiques qui sont battus, en Skanie (sud de la Suède), ou dans certaines villes comme Linköping ou Lysekil, par exemple.


Chute neige rue gtb

Même si tout est plus ou moins prévu pour faire face à des hivers rudes, il se trouve que la neige a déréglé de nombreuses activités ! Tout d'abord les transports en commun qui luttent depuis une semaine afin de retrouver une situation normale (A titre personnel, j'ai mis 13 heures en train pour un Stockholm-Göteborg ....au lieu de 3 heures habituellement!). Ensuite, la circulation dans les villes, avec des nombreux accidents de voitures mais aussi de personnes qui chutent, du fait des trottoirs glissants. Enfin, cet amoncellement de neige a été tel que de nombreuses toitures se sont effondrées et que la plupart des villes ont interdit toutes les activités sportives dans les gymnases et patinoires.


Chute neige göteborg

Certes, nous voyons dans les rues des villes, des chasse-neige ou encore des grues qui viennent enlever la neige des toits (attention à la chute de neige......des morts se sont déjà produites !). Mais, à coté de cela, on peut également apercevoir des tracteurs qui remplissent des containers entiers de neige, laquelle est transportée ensuite à l'extérieur des villes pour être relachée dans les fleuves ou parfois la baltique !

Les associations écologiques tirent la sonnette d'alarme. En effet, cette neige est particulièrement polluée, avec le sable et les polluants automobiles qu'elle a captés et qui vont donc être rejetés dans un écosystème qui ne pourra pas les éliminer sans conséquence.

Alors....faut il tout laisser en place? Pas aussi simple car, avec cette accumulation de neige, c'est lors de la fonte qu'un autre problème se pose. Si la neige se transforme lentement en eau liquide, elle pénètre mieux dans les sols que l'eau de pluie. Par contre, en cas de radoucissement rapide accompagné de pluies (ce que l'on nous annonce dans les 3 jours qui viennent), cette situation conduit à des inondations catastrophiques !

Alors, après le froid et la neige, nous allons peut être enregistrer des records d'inondations!

Décidément, l'année 2010 début curieusement.
Published by Gregoire JACOB - dans Nature
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 14:12

Je profite de cette période plus calme et de vacances pour vous faire partager des idées ou remarques que je vous trouve intéressantes.

Voici une oeuvre d'un artiste finlandais : Ilkka Halso, né en 1965.

Son travail est actuellement exposé au Moma, à New York, avec sa série sur le musée et la nature. J'aime beaucoup cette idée de mise en scène de la nature dans les musées. Faut il en arriver là pour pouvoir apprécier tout simplement, ce que nous avons sous nos yeux?

A méditer, non?

Published by Gregoire JACOB - dans Nature
commenter cet article
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 08:15

Pour les fidèles lecteurs de ce blog, vous aurez remarqué que je suis passé en rythme d'été avec moins d'articles toutes les semaines. Pendant les mois de juillet et août, j'ai décidé de profiter pleinement de la Suède et de la lumière car l'hiver.....ça manque donc, autant faire le plein maintenant, en prévision!

Toujours est il que dans mes "balades nature", je tombe souvent, dans des zones très humides ( à proximité des lacs ou de la mer), sur ces grandes herbes qui, au bout, font une sorte de "coton". J'ai essayé de chercher ce que cela pouvait être mais sans succès donc, je fais appel à vos connaissances.

J'en profite d'ailleurs pour vous demander si vous connaissez un bon livre, détaillé et illustré, sur la botanique?

Merci par avance de vos lumières !

Published by Gregoire JACOB - dans Nature
commenter cet article