Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 22:15

 

Nous savons tous que pour nourrir de plus en plus d'humains, il va falloir faire des choix quant à notre modèle agricole. Alors que l'on nous fait croire que l'agriculture intensive peut représenter une solution, voire même les OGM qui viendraient sauver l'humanité (quelle blague!), de vraies solutions alternatives existent....et les forêts comestibles représentent une de ces alternatives particulièrement époustouflantes !

 

 

 

 

Forêt comestible à Mouscron, en Belgique, à proximité de Lille

Forêt comestible à Mouscron, en Belgique, à proximité de Lille

J'ai eu la chance de visiter récemment le Jardin des Fraternités Ouvrières, à Mouscron en Belgique, à quelques kilomètres de Lille. Difficile d'imaginer, alors que vous êtes dans une rue typique des villes minières, qu'une forêt nourricière se cache derrière les maisons en brique et que cette forêt compte plus de 5.000 variétés végétales (arbres, arbustes, lianes, fleurs, légumes, fruits) sur une surface d'environ 1.800 m2.

 

 

Depuis plus de 40 ans, Gilbert et Josine Cardon entretiennent cet espace selon quelques principes qui devraient tous nous guider : respect et observation de la nature, volonté de recréer des écosystèmes complets, bannir les pesticides et autres engrais et surtout .... expérimenter !

 

 

Et si les forêts comestibles étaient la solution ?

Si vous venez visiter ce lieu, et je vous recommande vivement de le faire, ne vous attendez pas à trouver une rangée d'oignons, puis une rangée de carottes, puis une rangée de pommes de terre... Non, vous êtes ici dans une forêt et ces légumes vont être disposés à différents endroits, suivant des associations que Gilbert a pu tester avec des plantes qui profitent les unes aux autres, et suivant la lumière de disponible......C'est tout simplement incroyable !

 

Aucun pesticide n'a franchi l'entrée de cette forêt nourricière urbaine, les sols sont particulièrement fertiles (3 kg de vers de terre au m²!) , recouverts de branches, feuilles ou de plantes couvre-sols, une mare est présente pour les crapauds et autres grenouilles. Des abris à insectes sont positionnés ici ou là et les fruits et légumes sont en abondance, tout au long de l'année.

 

Et puis, pour vous donner une idée très rapide, on a 395 pommiers de 312 variétés, 240 poiriers (de 160 variétés), 80 pruniers, 70 cerisiers (de 60 variétés), des figuiers (plus de 40), des plants de vignes, des ronces fruitières, des agrumes.....c'est clairement une forêt nourricière !

 

 

 

Et si les forêts comestibles étaient la solution ?

Ici, c'est un vrai centre d'expérimentation mais aussi et surtout de partages. D'ailleurs, le jardin porte très bien son nom...celui des fraternités ouvrières ! L'accueil est très chaleureux, que ce soit les propriétaires ou les personnes venues assister aux cours car oui, il y a des cours gratuits ...... les deux premiers dimanche de chaque mois. Sinon, sachez qu'une permanence est ouverte tous les jeudis entre 14 et 18H00.

 

Vous pourrez suivre les cours de Gilbert.... drôle, sympathique mais aussi particulièrement pédagogue, avec une connaissance infinie de la terre et des associations de plantes/fleurs/arbres.Si vous n'habitez pas à proximité de Mouscron (bon, c'est la grande banlieue de Lille), vous pouvez retrouvez les vidéos de formation de Gilbert sur Internet.

 

 

Un dimanche matin, lors d'une formation, dans la "grainothèque"

Un dimanche matin, lors d'une formation, dans la "grainothèque"

Si vous vous rendez sur place, vous aurez l'occasion de découvrir la "grainothèque" (bon, je ne sais pas si on peut utiliser ce terme mais vous le comprenez, je pense), avec plus de 6.500 variétés de légumes, fleurs, arbres et arbustes à disposition. Mises en sachet par des bénévoles, ces graines viennent parfois du monde entier et permettent également d'encourager une préservation d'espèces végétales sous toutes les latitudes.

 

 

Venez découvrir ce lieu incroyable et faites-vous une idée sur les forêts comestibles...... plus qu'une expérimentation, cette solution représente une vraie solution quant aux enjeux face à l'utilisation des sols, pour nourrir l'humanité .... et tout cela, naturellement, sans aucun engrais ou autre pesticide, et tout en préservant la faune.....qui dit mieux?

24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 18:06

Tel notre célèbre gaulois dans son village entouré d'ennemis, M. Jyani est un fermier indien qui a son exploitation entourée de cultures OGM et autres confrères ayant recours fortement aux pesticides, herbicides et fertilisants.

 

Situé à proximité d'Abohar, dans la partie ouest de l'Etat du Punjab, à quelques encablures du Pakistan, Vinod Jyani a décidé depuis plus de 10 ans que sur ses terres, les sols seraient protégés et les seuls intrants qu'il utiliserait seraient d'origine naturelle.

M. et Mme Jyani présentant un de leur livre de référence ....celui de Claude Bourguignon sur les sols!

M. et Mme Jyani présentant un de leur livre de référence ....celui de Claude Bourguignon sur les sols!

Pour lui, tout a commencé en novembre 2005.

 

Après avoir suivi une présentation sur une approche naturelle de l'agriculture, Vinod Jyani a décidé du jour au lendemain d'arrêter tout recours aux fertilisants et autres produits issus de l'industrie pétrochimique, pour ne plus trouver que des solutions naturelles pour ses récoltes.

 

Pourquoi un tel choix? Tout simplement car il "ne voyait pas de fin viable à ces recours aux produits chimiques et qu'il constatait qu'il lui en fallait de plus en plus tous les ans, et qu'en plus, il avait le sentiment de détuire en même temps les sols de son exploitation!"

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Ainsi, il a décidé de se lancer dans le "natural farming", que je traduirais peut être par une agriculture naturelle.

 

Lorsque je lui ai demandé quelle était la différence avec l'agriculture bio, il m'a clairement répondu qu'il voulait avoir une approche holistique de l'agriculture, avec un rôle important à jouer également pour la biodiversité, aussi bien au niveau des récoltes que des animaux présents sur son exploitation.

 

Alors qu'au début de sa transformation, il ne savait pas trop comment il allait faire, étant un des pionniers en Inde, les années suivantes lui ont permis d'expérimenter et de mettre en place des techniques de plus en plus performantes et naturelles, bien évidemment !

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Pour vous lancer dans le "natural farming",et devenir également auto suffisant et indépendant (car c'est aussi cela l'idée), il vous fait absolument un cheptel de vaches avec "bosse", ces vaches sacrées en Inde . (Bon, désolé, n'étant pas un spécialiste des vaches, je n'ai pas réussi à trouver le nom exact de cette race!). Pour Vinod Jyani, ces vaches sont les meilleures et un vrai don du ciel.

 

Le cheptel se compose ici d'environ 50 vaches et toutes sont traitées avec amour et respect. Chacune a un nom .... qu'elles reconnaissent facilement et auquel elles répondent (pour l'avoir vu, c'est ...impressionnant ! ). Ces vaches ont pour certaines des petits et même si les uns et les autres vivent dans des espaces séparés, au moment de la traite, on appelle la mère et son petit et tous les deux se présentent à la porte de leurs enclos respectifs. La traite peut alors commencer mais ...... JAMAIS avant que le veau n'ait eu du lait de sa mère.

 

Pendant les 15 premiers jours, les veaux ont tout le lait de leur mère, puis entre 15 jours et 1 mois, ils ne têtent que 3 pis, 2 seulement jusqu'à l'age de 2 mois puis un seul pendant encore 6 mois. Après, ils sont autorisés à têter quelques secondes le pi de leur mère pour ensuite s'alimenter autrement et laisser le lait pour les habitants de la ferme. Dans tous les cas, selon Vinod Jyani, si le veau ne tête pas un minimum et ne passe pas assez de temps quotidien avec sa mère, celle ci ne produira pas de lait avec amour, lui faisant perdre ses facultés nutritives.

 

 

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Pourquoi un cheptel pour être auto suffisant?

 

 

Au delà du lait, beurre et autres laitages, les vaches permettent de faire la cuisine, grâce au méthane produit, qui vient alimenter les plaques de cuisson. En effet, les bouses et autre urine de vaches sont mélangées et stockées dans des réservoirs. Il s'en dégage du méthane, lequel est utilisé pour les fourneaux de la maison et le reste, qui a été décarboné, va servir d'engrais naturel pour les sols. A ce jour, sur l'exploitation, on arrive à produire environ 50 m3 de méthane, qui servent donc à la cuisson mais aussi comme "carburant" pour les tracteurs !

 

De même, ces "ressources naturelles" servent à restaurer en profondeur les sols. Voici la recette idéale ..... 10 kilos de bouse, 5 litres d'urine de vache, 2 kilos de gur (sucre non raffiné produit dans la ferme), 2 kilos de farine de lentilles (issues de la ferme également) et 200 litres d'eau.... voilà le cocktail idéal pour fertiliser naturellement vos champs !

 

 

Sur cette ferme, on innove en permanence. J'ai pu voir entre des arbres fruitiers de "Qinou" (mélange d'orange et de citron), du blé, de la coriandre, du lin ou encore de la moutarde pousser de manière un peu "anarchique".... Ces plantes seront toutes récoltées en avril et les graines seront triées et passées au tamis. Ainsi, plutôt que de n'avoir que des agrumes, les sols produisent également de nombreuses autres récoltes. Pour notre Astérix indien, une des clés de la réussite vient de ce croisement de récoltes, avec des plantes qui viennent enrichir les autres....et les sols ! 

 

 

 

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Les prochains tests vont vont se faire sur le champs ci dessus.

 

Sur les buttes, des pêchers en cours de plantation. Entre, on va y mettre des oignons, de l'ail ou des carottes l'été.

 

Pendant l'hiver, alors que les feuilles seront tombées, on va y planter des concombres et autres légumes de cette même famille, qui ont besoin de s'accrocher à des tuteurs...lesquels seront en fait les branches sans feuille des pêchers en hiver !

 

 Entre ses buttes, les espaces seront dans un premier réservés aux vaches qui fertiliseront naturellement les sols et après un ou deux ans, Vinod Jyani pense également lancer des cultures entre ces buttes, suivant ce qu'il observera de la qualité des sols ! 

J'ai retrouvé Astérix, il vit en Inde, dans le Punjab !

Si vous allez visiter cette ferme, vous serez également surpis du nombre d'oiseaux présents....il y en a partout car Vinod Jyani a planté de très nombreux arbres sur son exploitation et d'ailleurs, tous les étés, il réserve un champ entier pour nourrir les oiseaux...... aucun épouvantail n'est placé sur une grande surface...au contraire, tout est fait pour les attirer car ils viennent aussi fertiliser naturellement le sol et manger les éventuels insectes qui pourraient s'attaquer à ses récoltes !

 

 

Avec des innovations permanentes, une restauration complète des sols en quelques années, une approche autosuffisante et des produits de très grande qualité, Vinod Jyani fait clairement figure de "résistant" dans un Etat de l'Inde où les OGM et autres engrais/pesticides font la loi (jusqu'à représenter 30% d'utilisation de plus que la moyenne nationale indienne).

 

Alors, si vous êtes étudiant en agronomie, ou simplement amoureux de la nature, je vous encourage vivement à vous rendre dans cette ferme car ..... je ne vous ai raconté que le quart de la moitié de ce qui y est fait...... A vous de découvrir la suite !

17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 20:31

Avec un tel titre, vous devez croire qu'il s'agit ici d'une blague mais pourtant, voilà un projet enthousiasmant et très sérieux ..... d'autant plus que vous êtes également une des clés de réussite de ce projet!

 

 

Connaissez vous ce type de supermarché coopératif et participatif?

SuperQuinQuin : votre supermarché qui fait du bien !

A l'image du supermarché historique de Park Slope Food Coop, à New York - Brooklyn ou encore de son pendant parisien, à savoir La Louve (ouverture en 2016), l'objectif est de monter un tel projet sur Lille ....D'où le nom de SuperQuinQuin ;-)

 

 

Alors, c'est quoi un supermarché coopératif et participatif?

 

 

 

Le concept est assez simple et a été donc éprouvé à New York depuis les années 70. L'idée est vraiment de réintroduire l'esprit du marché dans un supermarché et tout cela, sous forme coopérative ! En gros, aller faire vos courses ne sera plus la corvée mais un vrai moment d'échanges avec les autres membres du supermarché. En effet, ici, il n'y a pas de clients, mais uniquement des coopérateurs !

 

 

Ici, pour acheter, il faut que vous soyez membre de la coopérative.... et que vous donniez de votre temps, tous les mois, en participant aux taches du supermarché. Sur une base de 3 heures par mois, vous serez amenés à mettre en rayon les produits, ou à tenir une caisse, ou encore faire le ménage après la fermeture, ou au contraire réceptionner les marchandises au petit matin ! Tout cela vous parait contraignant? ..... C'est parce que vous ne connaissez pas encore la "contrepartie" de ce temps donnée à la coopérative ! En fait, cela vous permet d'acheter tous les produits de la coopérative, produits de très bonne qualité et qui auront des prix défiants toute concurrence....et tout cela, dans un environnement convivial ! 

 

 

Avec des marges réduites sur les prix de vente des produits, la coopérative arrive malgré tout à couvrir ses frais grâce au temps de travail des coopérateurs ! A New York, ce concept fonctionne tellement bien que 16.000 personnes sont membres de la coopérative et qu'il n'est pas rare d'attendre très longtemps aux caisses... Pas grave, on peut papoter, lire et comme on a des supers produits à prix ultra compétitifs, les coopérateurs s'y retrouvent.

SuperQuinQuin : votre supermarché qui fait du bien !

L'objectif n'est pas de créer un concept "bobo" ou élitiste mais au contraire, de mélanger au maximum les personnes et de leur permettre d'accéder à des produits de qualité. Ainsi, dans les rayons, l'idée est d'avoir des gammes assez larges de produits, en passant par du bio local (et souvent cher), du bio "classique", du local "conventionnel" ou encore "du conventionnel". Bref, si vous devenez membre de la coopérative, vous voilà donc en mesure de faire toutes vos courses sur place !

 

 

Le projet lillois en est à ses débuts et les équipes se mettent en place. J'ai eu la chance d'assister ce soir à une présentation du projet, en présence de Tom Boothe, qui est le fondateur de la Louve. Ce projet est vraiment intéressant et pour voir le jour, il a besoin de toutes les bonnes volontés !

 

 

Aussi, je vous invite à prendre contact avec l'association "Les Amis de SuperQuinQuin", qui souhaite donc mettre en place ce supermarché coopératif et participatif ! (vous pouvez les joindre à l'adresse suivante : superquinquin.lille arobase gmail.com)

 

Alors, on prend date et pour les premières photos, ce sera en 2017, année souhaitée d'ouverture.....d'ici là, renseignez vous et engagez vous ! Si on veut que les choses changent, c'est bien en s'impliquant dans de tels projets qu'elles bougeront, non?

1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 20:07
Des fermes à insectes en plein coeur de nos villes..... utopie ou mal nécessaire?

Comment nourrir les habitants des grandes métropoles tout en préservant les surfaces agricoles existantes..... C'est à cette question que le cabinet suédois Belatchew Arkitekter a cherché à répondre au travers de ce projet ..... particulièrement innovant et destiné à la ville de Stockholm!

 

 

Regardez bien la photo ci dessus..... savez vous ce que l'on retrouve dans cette forme arrondie? Et bien, tout simplement, des insectes élevés en plein centre ville et à destination de la population, lui assurant un apport en protéines "locales" !

 

 

Il existe dans le monde 1900 sortes d'insectes comestibles pour l'être humain et presque 2 milliards d'humains mangent déjà des insectes. Aussi, alors qu'il faut 10 fois plus de ressources pour produire 1 kilos de boeuf qu'un kilo d'insectes....ce serait dommage de ne pas prendre en considération cette question !

 

 

De même, un grand nombre des Gaz à Effet de Serre sont imputables aux ruminants alors que pour les insectes....nada, pas de GES !!!

 

 

A gauche ...un rond point existant et à droite, le même rond point avec sa ferme à insecte

A gauche ...un rond point existant et à droite, le même rond point avec sa ferme à insecte

Ainsi, les concepteurs de ce projet ont calculé qu'il faudrait pour couvrir les besoins en protéines des habitants de Stockholm environ 500.000 m2 de surface......si on est sur des protéines animales classiques ! Par contre, si on passe sur une approche "insolite" à base d'insectes, il est possible d'installer sur les ronds points de la ville (9 exactement) ces fermes à insectes pour pouvoir atteindre l'objectif d'autosuffisance en matière de protéines.

 

 

Les fermes à insectes Buzzbuilding seraient donc en pleine ville, avec plusieurs niveaux de "production", allant des oeufs/larves jusqu'aux insectes prêts à être consommés ......

 

 

Des fermes à insectes en plein coeur de nos villes..... utopie ou mal nécessaire?

Est ce que cela vous tente?

 

Dans tous les cas, l'approche est très originale et même si elle vient heurter nos habitudes alimentaires, elle n'en pose pas moins la question de l'alimentation en ville..... Alors que plus de la moitié de l'humanité vit maintenant en ville, et que nous sommes de plus en plus nombreux, ces fermes du futur représentent peut être une clé pour une alimentation plus locale, moins énergivore et plus équilibrée ! ..... A suivre !