Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 22:12

 

On croirait presque à une blague ….. Élire Nantes capitale verte de l’Europe en 2013 alors que la ville cherche par tous les moyens à se construire un aéroport totalement inutile …cela fait mauvais genre et discrédite, je trouve, l’action de la Commission Européenne !

 

 

 

aeroport-non-nantes-capitale-verte-europeenne.jpg 

Il se trouve en effet que la Commission Européenne a mis en place un prix permettant de mettre en avant une ville pour ses actions remarquables en matière d’environnement. Le premier prix a été attribué à Stockholm en 2010, puis à Hambourg en 2011, Vitoria-Gasteiz (Espagne) en 2012 et ….. voilà que la Commission Européenne met en avant Nantes pour l’année 2013.

 

Comme le choix de la ville de Nantes a été fait en 2010, on peut se dire que la Commission Européenne et le jury n’avaient pas tous les éléments en main et n’ont pas pris en compte le projet stupide de nouvel aéroport.

 

Aussi, je vous encourage à faire comme moi, en interpelant la personne qui pilote ce projet au niveau européen, en lui demandant de retirer à la ville de Nantes le prix de capitale verte européenne pour l’année 2013.

 

Je vous mets ci-dessous la copie du mail envoyé à Madame Vareille. Je vous encourage à le recopier et à lui envoyer également des mails concernant le non sens d’avoir Nantes comme capitale verte européenne en 2013 et la construction du nouvel aéroport de Notre Dame des Landes !


------------------------------------------------------------------------------------------


 

A l’attention de Madame Marie Hélène Vareille (Marie-Helene.VAREILLE@ec.europa.eu)

Lille, le 4 novembre 2012

 

Madame,

 

Vous êtes en charge au niveau européen du dossier du développement urbain durable qui comprend entre autres l'initiative des Capitales vertes de l'Europe .  Aussi, je suis très surpris que la ville de Nantes ait été retenue pour devenir en 2013 capitale verte de l’Europe.

 

En effet, votre choix est une véritable aberration avec d’un côté des efforts réels de la ville pour assurer une meilleure mobilité, préserver une certaine biodiversité en milieux urbains ou encore un travail de diminution des émissions de CO2..…mais de l’autre, un projet en cours de nouvel aéroport (Notre-Dame-des-Landes), assez proche de l’aéroport existant et qui va venir détruire plus de 1500 hectares de terres agricoles, dans une réserve de biodiversité remarquable.

 

Pourquoi l’Europe soutient-elle des projets et des villes qui au final, ne luttent pas réellement contre le réchauffement climatique ? Que penser en effet d’un nouvel aéroport au regard des efforts à faire pour lutter contre les émissions de CO2 ? Ne regardez-vous les projets de capitales vertes de l’Europe que sous un angle « intra-muros » sans tenir compte de projets pharaoniques aux abords des métropoles ?

 

Toujours est-il que je vous demande de bien vouloir revoir la position de l’Europe quant à l’attribution du titre de Capitale Verte de l’Europe 2013 à Nantes.  En revenant sur son choix, la Commission Européenne gagnerait en cohérence auprès des citoyens qui ont de plus en plus de mal à comprendre vos actions …surtout lorsqu’elles sont absurdes, comme dans le cas présent.   


Je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations les plus respectueuses.

 

--------------------

Rajout du 9 novembre 2012

 

N'ayant pas eu de réponse de la part de la Commission Européenne, et ce, malgrè vos très nombreuses interpellations, j'ai décidé de lancer parallèlement une pétition en ligne : Merci de la soutenir et de la diffuser le plus largement possible. Cela se passe ici :

 

 

31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 14:07

La pollution lumineuse est un véritable fléau pour la faune, la flore et de nombreux éco-systèmes.

 

Aussi, toutes les solutions qui pourraient remplacer les éclairages urbains par d'autres techniques sont les bienvenues et c'est en ce sens que les propositions de Daan Roosegaarde et de son équipe sont particulièrement intéressantes. Ce cabinet d'étude a en effet cherché à mettre en place des autoroutes plus "intelligentes" et qui pourraient communiquer d'une certaine manière avec les usagers.

 

Une autoroute phosphorescente en test dès 2013.

 

 

autoroutes-phosphorescentes-copie-1.jpg

 

 

L'idée de départ consiste à faire un marquage sur le sol, avec une peinture spéciale phosphorescente, qui se charge de lumière la journée et qui la restitue la nuit, lorsqu'elle est éclairée par des phares d'automobiles. Ainsi, finis ces immenses réverbères qui longent et polluent nos autoroutes ! Imaginez un peu les économies que cela représente en terme d'électricité (encore un projet qui ne va pas plaire à EDF ! ) 

 

Et puis, au delà de l'aspect pollution lumineuse, cette technique permet de communiquer également avec les automobilistes en marquant le sol avec des dessins de  "gros flocons de neige" qui ne seront visibles que lorsque la température passera  par exemple sous la barre des 1°. Ainsi, l'automobiliste comprend que le sol devient glissant et qu'il faut adapter une conduite appropriée.

 

Les premiers essais seront menés en 2013, aux Pays Bas....A suivre, donc.

 

 

Je ne sais pas ce que vous pensez de cette idée mais personnellement, je la trouve très séduisante car elle pourrait aussi être adaptée aux pistes cyclables avec un marquage phosphorescent et donc, une sécurité renforcée pour les cyclistes !

Published by Gregoire - dans Utopiste
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 10:28

L'ouragan Sandy a frappé, comme prévu, de manière dure et brutale. Les premières images qui nous parviennent sont à la fois fascinantes et effrayantes ! Une telle puissance que nous n'arriverons jamais à dompter et qui touche les plus fragiles.

 

Sandy.jpg

 

 

Ce n'est pas la première fois qu'un ouragan fait des ravages aux États-Unis. On retrouve dans les annales des grandes tempêtes des évènements violents dès le 16ème siècle. Et puis, dans l'esprit de certaines personnes, on retrouve aussi le passage de l'ouragan légendaire "Nouvelle-Angleterre" de 1938, qui a tué plus de 700 personnes et détruit 35.000 maisons. Quant à Katrina, c'est un nom devenu commun pour nous tous.

Aussi, on ne peut pas tout mettre sur le dos du réchauffement climatique pour expliquer la présence et la force de Sandy. D'ailleurs, il y aura toujours des ouragans même après la dernière goutte de pétrole extraite du sol, tout comme à la fin des réserves de charbon !

Cependant, il faut s'interroger sur la fréquence des cyclones et leur puissance. Bien évidemment, cette question est âprement débattue dans les milieux scientifiques. Ainsi, la plupart des spécialistes s'attend à ce que le réchauffement climatique nous conduise à des ouragans plus intenses. La question suivante est de savoir si nous assistons déjà à cette tendance et si justement, Sandy fait partie des "premiers" ouragans extrêmes que l'on nous prédit !

 

Malheureusement, nous ne pouvons pas en être sûrs dans la mesure où nous manquons cruellement de statistiques qui remontent loin dans le temps. 

Pour le climatologue Kevin Trenberth, il n'y a pourtant aucun doute quant à l'impact du réchauffement climatique sur la puissance de Sandy. Pour lui, avec des océans plus chauds, nous allons avoir plus d'évaporation d'eau, renforçant ainsi les ouragans. Autant ce climatologue ne pense pas que le réchauffement aura un impact sur la fréquence des ouragans, autant il n'a aucun doute quant à leur puissance décuplée!   D'autres scientifiques contestent cette approche, du fait justement du manque de statistiques sur le long terme. 

 

Une nouvelle étude qui permet de mieux comprendre le lien entre chaleur et puissance des ouragans



Cependant, l 'American Academy of Sciences PNAS a publié ce mois-ci une étude qui réduit potentiellement l'incertitude. Les scientifiques Aslak Grinsted, John C. Moore et Svetlana Jevrejeva ont trouvé un moyen de contourner le problème d'absence de statistiques sur les ouragans en mesurant les marées aux États-Unis depuis 1923. Leur étude tend à prouver que plus les années sont chaudes, plus les ouragans sont puissants.

 

Cette étude est récente et n'a pas rencontré d'oppositions à ce jour. Aussi, alors que tout le monde est maintenant d'accord pour dire que le réchauffement climatique est en marche et que nous allons vers une planète plus chaude d'au moins 2 degrés, on ne peut plus parler d'incertitude quant à la présence à l'avenir d'ouragans de plus en plus violents.


 

Les Américains vont devoir apprendre à vivre avec ce risque pendant une partie de l'été et espérons que les enseignements de cette catastrophe seront tirés rapidement pour éviter à l'avenir des morts et autant de dégâts. 

Published by Gregoire - dans l'écolopolitique
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 12:25

En effet, une équipe de chercheurs de l’université Vanderbilt (USA) vient de montrer que l’association des épinards et du silicium (utilisé dans les panneaux photovoltaïques) permettait de booster le rendement de la production électrique !

 

 

epinard-electricite.jpg

Comment fonctionnent les cellules photovoltaïques?

 

Le principe des panneaux photovoltaïques est de convertir directement l’énergie lumineuse des rayons solaires en électricité. Différents matériaux interviennent dans la fabrication de ces panneaux et dans la production et le transport de l’électricité produite.

 

Actuellement, la fabrication des panneaux photovoltaïques est très énergivore et on estime qu’il faut environ, une fois que le panneau a été produit,  2 années de production d’énergie pour qu’il couvre sa propre fabrication !  

 

Aussi, la découverte de l’équipe de chercheurs est intéressante à plus d’un titre car

 

-        - Avec l’augmentation du rendement de la production électrique, les panneaux photovoltaïques vont devenir plus vite rentabilisés et donc, plus intéressants pour les consommateurs

 

-        - En associant le silicium aux épinards (plus exactement, à une protéine présente spécifiquement dans les épinards), on fabrique des cellules qui vont être plus facilement disponibles, à la différence de nombreux dispositifs microélectroniques qui nécessitent des matériaux rares et coûteux comme le platine ou l'indium.

 

-         - Les chercheurs pensent pouvoir encore « booster » les rendements électriques  en sachant qu’ils sont actuellement sur des bases de rendement 2,5 fois plus élevées que les performances actuelles sur le marché.

 

L’histoire ne dit pas si les rendements sont meilleurs avec des épinards « bio » mais en tout cas….cette découverte devrait être mise en application d’ici 3 ans sur des panneaux photovoltaïques « nouvelle génération ».

 

D’ici là, vous avez le temps de revoir un épisode de Popeye  « le marin » et de vous régaler de ces légumes qui sont aussi excellents pour notre santé :-)

 

 

Published by Gregoire - dans l'écolonomiste
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 08:00

 

Contrairement à ce que l’on peut lire à droite ou à gauche, je considère l’étude sur les OGM du professeur Séralini comme un véritable succès et il y aura un avant et un après à cette étude.

 

En effet, au travers de toutes les critiques qui ont été faites sur cette étude du Criigen,  on se rend compte en creux que les OGM qui ont été acceptés et autorisés sur le marché européen l’ont été :



-          - sur la base d’études trop courtes dans le temps

-

-          - sur la base d’études en provenance des fabricants d’OGM eux-mêmes 

-       

-          - avec des lignées de rats soigneusement choisies pour ne pas développer les pathologies possibles


 

maisOGM


 

Je m’explique. 

 

Quand les rats choisis ne développent pas les pathologies redoutées

 

On a entendu partout que la souche de rats choisis pour cette étude était une souche qui, automatiquement, développait des cancers sur le moyen terme et donc, qu’il n’y avait pas lieu de reconnaitre le lien entre les OGM + Pesticide et l’apparition de tumeurs….. Et bien justement, « ceux qui ont pointé les limites de l'étude ont implicitement dit qu'il était possible d'obtenir tel ou tel résultat en fonction de la lignée d'animaux que l'on choisissait de soumettre aux tests. On sait par conséquent fort bien produire les résultats qui seront les plus favorables à la demande d'autorisation de mise sur le marché ; il suffit d'utiliser la lignée qui ne développe pas les pathologies redoutées ! » (tribune de Florence Burgat de l’Inra, dans le Monde du 3 octobre 2012

 

Et puis, petit rappel au passage….les études portant sur les OGM se font habituellement sur cette famille de rats donc….pourquoi est-ce anormal dans un cas et pas dans l’autre ? Surement car les effets à 90 jours des OGM sur cette lignée de rat sont bons et valident la soi-disant innocuité des OGM !

 


Des études volontairement trop courtes qui ne permettent pas de connaître réellement les effets à long terme


Sur ce point, tout le monde semble d’accord pour dire que l’étude du professeur Séralini est une première et qu’il faut engager de nouvelles études sur des durées aussi longues. Ainsi, l’Anses  (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) « souligne le nombre limité de publications traitant des effets potentiels à long terme d’une consommation d’OGM associés à des pesticides. Elle recommande, dans ce cadre, d’engager des travaux sur ces questions ».

 

En gros, cela revient à dire que l’on a autorisé les OGM sans connaître leurs effets sur le long terme……tiens, tiens, cela ne vous rappellerait pas l’amiante, le tabac ou d’autres produits si « sympathiques » qui ont été mis sur le marché sans études préalables sur le long terme?

 


Des études qui ne sont pas indépendantes


 Depuis de nombreuses années, les opposants aux OGM expliquaient qu’il y avait une véritable anomalie dans les processus de validation d’études scientifiques pour l’homologation des OGM car ce sont les fabricants d’OGM qui, eux-mêmes, financent et donnent leurs études pour homologation. …. Qui peut croire, lorsque l’on veut mettre en place un produit sur le marché, que l’on va proposer des études potentiellement négatives ???? Toujours est-il que « l’Anses appelle à la mobilisation de financements publics, nationaux ou européens, dédiés à la réalisation d’études et de recherches d’envergure, visant à mieux consolider les connaissances sur les risques sanitaires insuffisamment documentés "

 

En gros, il faut que les études soient faites avec des fonds publics (pourquoi pas alimentés par les agro semenciers J) et arrêter de gober tout cru celles des fabricants d’OGM !

 


Enfin, dernier point et non des moindres, je trouve que cette étude a permis à bon nombre de citoyens de s’approprier la question des OGM et de ne plus la laisser à des « experts » qui n’ont que le titre mais pas la compétence  et surtout, qui rendent leurs avis sur des études partielles et tronquées


 

Donc, définitivement OUI, cette étude est un succès ! Bravo à toute l'équipe du Professeur Séralini. 

22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 17:55

 

La réponse est OUI pour 72% des Allemands. 


Ce pourcentage est remarquable car les opérateurs présents sur le marché allemand ont annoncé des augmentations importantes de l'énergie dés 2013 et à terme (d’ici 2020), une augmentation de 47% de la facture énergétique !

 

Centrale-1.jpg

 

En effet, cette bascule énergétique à venir ne sera pas neutre au niveau des prix car nous savons tous que lorsqu’on lance quelque chose, surtout en matière énergétique, et bien, il faut investir beaucoup avant d’atteindre un seuil critique pour pouvoir commencer à amortir ses investissements et baisser les prix. Il faut aussi investir sur le transport d'énergie entre les futures zones de production (plutôt vers le nord du pays) et les zones de grande consommation (plutôt le sud avec toutes les industries).  Et puis, cela coûte de l'argent de démonter des centrales !


Cependant, nos voisins Allemands, après avoir décidé de sortir du nucléaire, concentrent maintenant leurs efforts en matière économique sur les énergies d’avenir, à savoir l’éolien, le solaire, la géothermie, la biomasse et ils avancent à très grande vitesse sur toutes ces questions !

 

D’ailleurs, les Länder sont même lancés dans une course qui peut être à la fois stimulante mais qui peut avoir des conséquences contraires aux effets escomptés. Certaines régions veulent avancer plus vite que le gouvernement et investissent dans des grands projets avec pour objectif de « revendre » ensuite de l’énergie propre à leurs régions voisines …mais chaque région faisant plus ou moins la même chose, on se retrouve actuellement avec une situation un peu ubuesque et un risque de trop de réseaux de transport d'énergies entre les régions ! Pour résoudre cette situation, un sommet de l’énergie en Allemagne va se tenir très prochainement entre la Chancelière et les régions.

 

D’où vient cette maturité politique ? Cette approche à moyen terme qui manque cruellement à nos politiques et à la très grande majorité des citoyens ?

 

Difficile de répondre mais en tout cas, si  l’on demandait en France aux citoyens s’ils accepteraient une augmentation de la facture énergétique de 47% à terme si on sortait du nucléaire … et bien, je suis prêt à parier que la réponse serait NON pour la très grande majorité ! D'ailleurs, c'est souvent l'argument avancé par les pro nucléaires qui mettent en avant le prix soit disant peu élevé de cette énergie ! 

 

Mais vous, seriez vous prêt(e)s à payer votre énergie plus chère si elle était propre?

Published by Gregoire - dans l'écolonomiste
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 16:45

Qui peut croire encore aujourd'hui que la Chine ne produit que des biens à faible valeur ajoutée?

 

Wogeno2.jpg

 

En tout cas, si vous aviez des doutes, sachez que pour la première fois, la Chine est passée en tête du classement des pays producteurs de technologies propres au monde (cleantech en anglais et parfois eco-techs en français). Ces produits sont des techniques et services industriels caractérisés par les trois points suivants :

  • utilisation des ressources naturelles, de l’énergie, de l’eau et des matières premières dans une perspective d’amélioration importante de l’efficacité et de la productivité,
  • création systématique de moins de déchets ou de toxicité reliés,
  • garantie d'assurer une performance identique ou supérieure dans le résultat souhaité par rapport aux technologies traditionnelles et une amélioration du profit des utilisateurs.

En gros, il s'agit donc de production de systèmes énergétiques durables, comme par exemple des cellules solaires,  centrales éoliennes, technologies relatives à la biomasse ou encore les pompes à chaleur.

 

En tête du classement, dans cette étude menée par le WWF sur 40 pays, et bien, on a donc la Chine, suivie par les Etats Unis puis l'Allemagne, qui prend la troisième place. La France est ...en 10ème position, distancée par le Japon, le Brésil, l'Espagne, la Corée du Sud, le Danemark ou encore l'Inde.

 

Quand la France est à la traîne en matière de technologies propres !


Autre donnée préoccupante de ce rapport...le poids des technologies propres dans l'économie de chaque pays. Le Danemark est en tête avec des technologies propres qui représentent près de 3% de son "business". La Chine arrive en deuxième position avec plus de 2,5% de son économie qui repose maintenant sur ces technologies propres. Pour la France, et bien, cela représente environ 0,2% ...ce qui est vraiment minable alors qu'il s'agit là d'un secteur d'avenir.

 

Alors, la France serait elle condamnée à ne devenir qu'un immense parc d'attractions pour touristes?

 

C'est bien ce qui nous attend si nous ne mettons pas en place une vraie politique industrielle destinée à faire émerger toutes ces nouvelles technologies d'avenir  !

 

Le changement....c'est pour quand?

Published by Gregoire - dans l'écolonomiste
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:06

.....Mitt Romney était élu.

 

Je vais commencer par lui car pour Obama, on sait depuis 4 ans ce qu'il fait en matière d'environnement mais qu'en est il de son concurrent républicain?

 

romeney.jpg

 

 

Autant le dire tout de suite....d'un point de vue environnemental, l'élection de Mitt Romney serait DRAMATIQUE pour la planète ! Je n'ai pas peur d'utiliser cet adjectif car je viens de terminer la lecture de son programme en matière d'environnement et sincèrement, cela fait peur...très peur, même !

 

Romney et Bush : même combat pour l'environnement

 

Tout d'abord, sur le site officiel du candidat républicain, il n'y a pas de rubrique dédiée à l' "Environnement" dans son programme mais juste un sujet sur l'énergie ! Si on tape "Environment", on va tomber sur un certain nombre de propositions concernant essentiellement  "un meilleur environnement pour des emplois", entendez par là un meilleur environnement économique. 

 

Ensuite, dans la partie énergie et bien, tout tient dans cette idée......Permettre aux Etats Unis de s'assurer une indépendance énergétique d'ici 2020 et d'en faire une superpuissance en matière d'énergie et de ressources !

 

Pour y arriver et bien, on va creuser partout car Mitt Romney, contrairement à Obama,  ne croit pas que les réserves pétrolières des US ne représentent que 2% du potentiel mondial. D'ailleurs Romney reproche à son concurrent de faire croire que la planète ne dispose que de ressources limitées de pétrole  (“The president is trying to make the case that the world has finite oil resources, and the United States — the world’s biggest oil consumer — needs to use less oil in the future) et donc, il reproche à Obama de vouloir faire des économies d'énergie ! Un comble quand on connait la rareté des ressources de notre planète ! Qui peut croire encore en un tel discours de nos jours?????

 

Coté législation, il faudra tout faire " pour renforcer la protection environnementale sans détruire d'emplois, ni paralyser l'industrie ni faire l'impasse sur des ressources naturelles comme le charbon" (" to strengthen environmental protection without destroying jobs, paralyzing industry, or barring the use of resources like coal") La aussi, tout est dit et on sent bien que tout va être permis avec Romney, et que le charbon sera peut être considéré comme une ressource d'avenir. Quant aux gaz de schiste et bien, pour Romney, ils font déjà partie du bouquet énergétique donc, pourquoi arrêter leur exploitation? 

 

Mitt Tomney a t'il déjà entendu parlé du réchauffement climatique?

 

Inutile de vous dire que je n'ai RIEN trouvé concernant la lutte contre les émissions de CO2 ni sur la question pourtant essentielle du réchauffement climatique.

 

Sur les autres sujets, tels que la biodiversité, le nucléaire, l'eau, l'air, les pesticides...et bien, je n'ai rien trouvé non plus ! D'ailleurs, il y a 4 ans déjà, alors qu'il n'était candidat qu'aux primaires républicaines, Romney ne parlait que d'énergie et pas de ces autres sujets pourtant essentiels en matière d'environnement !


 

Au final, si Romney est élu, on peut s'attendre à une envolée des émissions de CO2 avec en plus d'un réchauffement climatique qui serait "alimenté" par la première puissance mondiale, les autres grandes puissances qui suivraient les US dans cette fuite en avant.

 


Allons nous retomber dans l'ère Bush pendant laquelle les dirigeants américains niaient l'existence d'un réchauffement climatique et bloquaient toutes les conférences internationales sur le sujet?

 

Je suis surpris que l'environnement tienne aussi peu de place dans la campagne US car, des emplois, c'est bien mais ..... à quel prix !?!

14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 19:50

Vous avez envie de construire gratuitement et de vos propres mains un vélo pour votre enfant ou votre petit(e) ami(e) ou encore, de réparer votre ancien vélo en changeant soit les freins, la chaine ou une roue ? Et bien, la cuisine du vélo est là pour vous !


Cuisine du vélo

 

Vous me direz que c’est peut-être un peu loin d’aller à Malmö, en Suède, pour le faire mais si ce concept existe et a trouvé sa place là-bas, pourquoi pas chez nous !

 

Comment faire du neuf avec du vieux !

 

L’idée de départ est toute simple … comme souvent pour les bonnes idées.  Bertil Björk habitait dans une villa, à Lund et lorsqu’il déménage pour Malmö, il se rend compte que son vélo reste certes utile pour ses déplacements mais qu’il n’a plus d’endroit pour y faire des réparations ou des modifications lui-même. Passionné de vélo, il en parle à ses amis du club cycliste…..et tous font le même constat : en habitant en ville et dans des appartements, ils n’ont pas d’atelier spécifique pour bricoler sur leurs vélos. Et puis, comme ils se disent qu’ils ne sont certainement pas les seuls dans ce cas, les voilà en quête d’un atelier, ouvert, gratuit et qui serait un lieu d’échanges entre amoureux de la petite reine et débutants !

 

Parallèlement, ce petit groupe constate que de nombreux « vieux » vélos sont présents dans les déchetteries et que certaines pièces sont tout à fait réutilisables. Aussi, cette combinaison entre un besoin et une offre de seconde main va donner naissance à la « cuisine du vélo »

 

 

Reste à trouver un lieu et un financement car tous souhaitent que cet endroit soit gratuit, ouvert à tous et surtout un lieu d’apprentissage. Assez rapidement, les porteurs de ce projet trouvent de l’aide de la ville de Malmö, qui, engagée dans un programme très ambitieux en matière d’environnement, trouve l’idée originale et encourageante pour tous les habitants désireux de se déplacer en vélo. De même, une fondation décide d’investir et de soutenir ce projet.

 

 

 

Quant au lieu, il a été facilement trouvé dans STPLN, endroit qui regroupe des initiatives mêlant à la fois le social, le développement durable et l’accès pour tous (retrouvez ici plus d’informations sur cette « maison des possibles »).  

 


La cuisine du vélo est ouverte  tous les dimanche, de 12 à 17 heures, ainsi que les lundi et mardi soir, entre 17 et 21 heures.  Si vous vous y rendez, ne comptez pas sur les permanents (certains sont payés, d’autres sont simples volontaires) pour faire le travail ou les réparations à votre place. Non, ici, on vous explique comment faire et après, c’est à vous de jouer ! Par contre, toutes les pièces que vous utiliserez sont gratuites.

 

 

cykelkoket-outside-bike-repairing.jpg

 

Et puis, la cuisine du vélo se déplace. L’association a fait l’acquisition d’un container, dans lequel ils ont mis de nombreuses pièces de rechange récupérées à droite et à gauche et ce container a fait cet été le tour des quartiers de la ville.  

 


Cette approche commence à se développer en Suède avec une « cuisine » déjà existante sur Göteborg et une autre en préparation sur Stockholm !

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, j’aimerais bien y faire un tour, dans cette cuisine, pour mieux « connaitre » mon vélo et pouvoir en bricoler un, à mon image et … gratuitement ! Pas vous ?

10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 15:39

Les chiffres sont tombés il y a quelques jours et ils ont été très très bien accueillis par les autorités de la ville de Växjö, en Suède ! On le comprend !!!

trapriset.jpg

(ci dessus, les premiers immeubles tout en bois local ! )

 

En 20 ans, cette ville d'environ 60.000 habitants a réussi à baisser de plus de 40 % ses émissions de CO2 et se fixe à terme, d'ici 2030, de ne plus dépendre du tout des énergies fossiles ! Même si le challenge peut paraître difficile, le

maire et son conseil municipal pensent pouvoir atteindre cet objectif et devenir ainsi une des premières villes européennes post carbone !

 

Retour sur une expérience insolite et exemplaire en Europe.

 

 

 

Comme dans la plupart des villes suédoises, Växjö (pour information, on prononce väx-cheu)  avait dans les années 70 un réseau de chauffage urbain dépendant du fuel et donc des énergies fossiles. Aussi, le premier choc pétrolier a été très mal vécu par les habitants de cette ville et c'est donc il y a quarante ans que l'on a décidé de faire appel à la biomasse "locale".

 

Alors qu'il s'agit au départ d'une décision purement économique, celle ci s'est révélée à la longue très intéressante et stratégique d'un point de vue environnemental ! En effet, quoi de mieux que d'utiliser le bois de proximité pour chauffer plus de 80% des logements de la ville?


Avec le sommet de Rio en 1992 et les soupçons de plus en plus forts quant au rôle du CO2 dans le réchauffement climatique, la ville se lance dans un programme de réduction de ses émissions et se fixe comme objectif de ne plus dépendre des énergies fossiles ! Ce n'est qu'il y a quelques années que la date de 2030 est arrêtée et tout semble indiquer que le pari sera gagné !

vaxjo-production-chauffage-urbain.jpg

Centre de production de chauffage urbain de Växjö

Un travail en profondeur et à tous les niveaux !

 

Qui dit lutte contre le réchauffement climatique et baisse des émissions de CO2, dit une large palette de mesures permettant d'atteindre cet objectif.

 

En plus du chauffage urbain qui a été fortement recommandé à tous les habitants de la commune, la ville a mis en place :

 

- des campagnes de communication permanentes sur les économies d'énergie (quand on connait la Suède et la propension des suédois à toujours laisser la lumière chez eux, même lorsqu'ils n'y sont pas....c'est un vrai challenge de changer ces habitudes ! )

 

- des transports en commun qui fontionnent au biogaz, tout comme les véhicules de la ville

 

- 160 km de vraies pistes cyclables (en 2011) ! Pour vous donner une idée de l'effort sans précédent pour une ville, voici quelques parallèles avec la France : Lille bénéficie de 350 km de pistes cyclables pour 1.200.000 habitants, Strasbourg a 480 km pour 760.000 habitants et Amiens seulement quelques dizaines de kilomètres pour 150.000 habitants !

 

- une politique active pour transformer les terres cultivables sur son territoire en terres bio . A ce jour, plus de 30% des terres sont bio !

 

- Des espaces verts proches et accessibles de manière douce pour tout le monde. La "norme" à respecter est d'avoir un espace vert à moins de 300 mètres de chez soi et on doit pouvoir y accéder sans croiser de grandes routes

 

- Des maisons passives et à énergie positive. .... En 2011, la production d'électricité d'origine solaire de la ville a atteint 182 Mwh

 

- Des programmes architecturaux ambitieux avec par exemple les plus grands immeubles tout en bois de Suède ! 134 logements ont vu le jour dans 4 batiments différents, chacun composé de 8 étages avec une architecture tout en bois ....une première en Europe...d'autant plus que c'est à partir du bois de la ville

 

- des initiatives pour limiter les livraisons en ville avec un point de collecte aux abords et ensuite, une optimisation des navettes à l'intérieur de la ville

 

Vaxjosjon.jpg

 

 

Alors que l'Europe s'est fixée comme objectif de réduire de 20% ses émissions de CO2 d'ici 2020, on se dit que l'exemple de Växjö devrait être plus partagé et devrait amener l'Europe à plus d'ambition car si une ville moyenne de Suède réussi aussi bien dans sa lutte contre le réchauffement climatique, il n'y a pas de raisons que d'autres n'y arrivent pas !

 

D'ailleurs.....on en est où, dans votre commune?