Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 15:34

Depuis bientôt 30 ans, on entend parler de développement durable (ou soutenable)  avec une interconnexion des données environnementales, sociales et économiques. Ainsi, sous cette bannière de durabilité se sont regroupées entre autres les questions de changement climatique, sécurité alimentaire, biodiversité, pauvreté, économie sociale et solidaire, sources d’énergie ou encore accès aux ressources.

 

L’idée est qu’avec la combinaison de mesures incitatives, de substitutions technologiques et de changements dans la société, l’humanité pourrait atteindre un équilibre durable de notre planète.

 

Eoliennes.jpg

 

Très bien et qui pourrait être contre alors que l’humanité est de plus en plus confrontée à des changements extrêmes.


Pourtant, aujourd'hui, précisément parce que le monde est de plus en plus hors de la notion d’un équilibre durable, une idée nouvelle apparait parmi les ONG, les scientifiques, les associations environnementales, les universités et certains gouvernements : il s’agit de la résilience ou comment aider les personnes vulnérables, les organisations et les systèmes à persister, voire prospérer, au milieu de perturbations imprévisibles. Alors que le développement durable a pour objectif de mettre le monde en équilibre, la résilience cherche des solutions permettant de s’adapter dans un monde déséquilibré.


La résilience n'empêche pas, bien au contraire, d'engager une vraie transition écologique


Parler de résilience ne veut pas dire qu’au final, on peut faire n’importe quoi car l’approche durable et soutenable de nos sociétés est essentielle et doit rester une priorité. Cependant, le monde dans lequel nous vivons et le réchauffement climatique avec ses effets dévastateurs sont tels qu'il nous faut mettre en place des solutions nous permettant de nous adapter à toutes ces données.

 

Ainsi, nous aurons beau avoir des villes sans carbone, des bâtiments à énergie positive, des transports en commun à foison, des alternatives douces de déplacement, des espaces de biodiversité remarquable, une agriculture biologique de qualité, des sources d’énergie propre ou encore des entreprises responsables et solidaires….il nous faudra faire face à des imprévus, des tempêtes, des inondations, des périodes de canicule et de sécheresses avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur l’agriculture, l’accès aux ressources premières (je pense en particulier à l’eau), les transports, notre habitat, les échanges dans nos sociétés de plus en plus interconnectées….bref, sur notre vie au quotidien.  Qu’on le veuille ou non, le dérèglement climatique est lancé et nous devrons, quelques soient nos actions, subir les conséquences de ce dérèglement.

 

Tout cela s’anticipe et doit faire l’objet d’études de plus en plus poussées, avec comme mots d’ordres : l’échange interdisciplinaire et le partage d’informations et d’expériences.

 

Des solutions se mettent en place ici ou là, soit directement sous forme de projets concrets, soit sous forme de recherches.

 

Stockholm resilience center

Un centre d'étude et de recherche sur la résilience de nos sociétés


C’est justement ce que fait l’organisation Stockholm Resilience, lancée en 2005, avec différents partenaires dont des chercheurs, l’université de Stockholm et diverses fondations. L’idée initiale était d’avoir une approche globale du monde dans lequel nous vivons et comprendre au mieux les interactions entre les enjeux environnementaux et sociaux.

 

Ainsi, le centre d’étude Stockholm Resilience apporte des outils aux politiques et acteurs locaux pour oeuvrer à un développement durable tout en prenant en compte les phases d’adaptations nécessaires et possibles au travers d’évènements extérieurs.  Le principe est de faire travailler ensemble un maximum de spécialistes d’univers différents (historiens, anthropologues, économistes, écologistes, géographes, agronomes, politiques …..) pour établir des schémas de développement et pistes de réflexion allant au-delà de la notion de durabilité.

 

 Le panel d’études menées par le centre est très large et comporte déjà de nombreuses ressources qui devraient nous inspirer.

 

Aussi, lorsque vous entendrez la notion de durabilité dans les discours de nos gouvernants, n’hésitez pas aussi à les interpeler sur la résilience de nos sociétés et du monde que nous construisons au quotidien. Cet enjeu nous concerne tous et devrait être au coeur de toutes les politiques publiques.

Partager cet article

Published by Gregoire - dans l'écolopolitique
commenter cet article

commentaires