Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 12:15
 

Je viens de tomber sur cette info.....Comme le sujet est particulièrement d'actualité, je voulais savoir ce que vous en pensiez et connaître votre vision pour la suite.

mercredi 10 janvier 2007.par Yves Caron

 
Marie-Hélène Aubert, Jean-Luc Bennahmias et Marie-Anne Isler Béguin diffusent actuellement un appel pour "une candidature unique de l’écologie aux présidentielles". Ils ajoutent : "et vite !"

Ils demandent que les deux candidates déclarées de l’écologie tendent la main "au troisième candidat visiblement le plus fort dans l’opinion". Face aux enjeux contemporains et prenant en considération la réelle sensibilité développée par la population, il et elles souhaitent que se crée un "élan commun" qui réponde aux dangers qu’encoure la planète, "en France comme partout ailleurs".

Voici le texte intégral de l’appel, vous pouvez le signer en envoyant vos coordonnées à Marie-Hélène Aubert.

Pour une candidature unique de l’écologie aux présidentielles... et vite !

Tout doit être fait aujourd’hui pour fédérer les écologistes autour d’une candidature et d’une dynamique communes, pour que les deux candidates déclarées tendent la main au troisième candidat visiblement le plus fort dans l’opinion, et ouvrent les discussions.

Car la question écologique a enfin fait irruption dans le débat politique et c’est tant mieux. Il y a en effet urgence à amorcer une mutation profonde de notre modèle de développement, fondé sur une consommation effrénée de matières premières et d’énergie, au détriment de la santé et de la cohésion de sociétés humaines de plus en plus touchées par les bouleversements de la biosphère, face auxquelles les inégalités du Nord au Sud sont croissantes et insupportables.

Pourtant les initiatives foisonnent, les moyens existent, et la demande est immense pour un lien retrouvé avec la nature comme pour une autre vie, à la fois plus sobre, plus solidaire et plus conviviale.

Mais tout se passe comme si les écologistes de toujours étaient dépassés par la vague d’aujourd’hui, incapables de s’organiser et de se mettre d’accord, dans la perspective des échéances capitales de cette année, sur une plate-forme, une stratégie, et une candidature unique aux présidentielles.

Dominique Voynet reste prisonnière d’une logique partidaire fermée, Corinne Lepage de sa détermination et de son obstination personnelles, et Nicolas Hulot, manifestement le mieux placé dans le contexte actuel pour convaincre une bonne partie de l’opinion, n’en finit plus de noter les copies des autres candidat-e-s et de « croiser les doigts pour ne pas y aller » (de quoi doucher les ardeurs des supporters les plus enthousiastes...).

Cette situation exaspère et désespère les millions de citoyens qui pensent qu’en effet le moment est venu d’inscrire résolument l’écologie au cœur du débat et des politiques publics, au-delà des promesses bien peu crédibles de candidats qui assurent faire maintenant en quelques mois ce qui a été refusé peu ou prou depuis des années par les gouvernements successifs.

Cette situation ne peut plus durer. Oui, il faudra choisir des priorités fortes, les décliner en propositions concrètes. Oui, il faudra parler du second tour des présidentielles, et de nos présences aux législatives. Oui, il faudra évoquer la refondation de l’écologie politique sur des bases différentes de celles des années 70.

Serait-ce donc impossible pour les membres de partis et d’associations écologistes qui se connaissent et partagent les mêmes combats depuis des années ? Le gouffre serait-il si grand entre ces trois candidats, qui sont chacun et chacune des militants de la cause écologiste humanistes, attachés aux droits de l’homme et aux valeurs républicaines, et pro-européens, aux parcours certes différents mais tous de grande valeur ?

A l’évidence non. Alors qu’attend-on ? A l’heure où Nicolas Hulot est crédité de plus de 10% des intentions de vote et qu’une synergie entre les trois candidatures mettrait l’écologie sans doute au-delà, c’est-à-dire en mesure de peser réellement sur les choix politiques des gouvernements à venir, on laisserait passer cette chance ?

Si nous ne parvenons pas à créer cet élan commun, l’écologie politique risque de connaître un naufrage électoral inversement proportionnel aux espoirs suscités aujourd’hui. Ce serait gravissime, pas tant pour des petits partis qui en ont vu d’autres, que pour l’avenir d’une planète en danger, en France comme partout ailleurs.

Signataires : Marie-Hélène Aubert, Jean-Luc Bennahmias, Marie-Anne Isler Béguin, Députés Européens Verts

Partager cet article

Published by Grégoire JACOB - dans l'écolopolitique
commenter cet article

commentaires

Grégoire 12/01/2007 11:47

Salut Laurent,
Concernant le financement des partis, je pense au contraire que la présidentielle n'a pas ou peu d'impact car seules les dépenses sont remboursées et si on fait plus de 5%, on est "largement" remboursé mais il faut déjà les atteindre.
Par contre, ce sont les législatives qui servent de base pour le financement des partis (si mes infos sont bonnes)

Laurent JEANNAS 12/01/2007 10:52

Bonjour,
Tout d'abord, une info: Nicolas HULOT a commençé sa campagne de demandes de parrainages, par fax, dans les mairies de France et de Navarre: pour moi, il sera donc candidat.
L'élection présidentielle à le caractère particulier qu'elle sert de base au financement des partis politiques: voilà pourquoi, pour moi, il ne peut y avoir d'alliance vert - Cap 21 pour ces élections.
Par contre, j'en suis le premier partisan, pourquoi ne pas travailler à une plateforme commune dans l'optique des élections législatives ?
Certes, entre Cap 21 et les Verts, il y a des différences de fonds mais, de grâce, retrouvons nous autour de ce qui nous rassemble: la nécessité de faire face à l'urgence écologique !!!
Au delà même des Verts et de Cap 21, il serait souhaitable d'unir toute la famille écologiste, y compris Génération Ecologie et le MEI.
Ne laissons personne sur le bord de la route !!!
Autrement, j'ai lu, plus haut, que certains à Cap 21 n'auraient pas voulu de Corinne LEPAGE comme candidate à la présidence.
Je tenais à préciser que, si chez les Verts, c'est du 50-50 entre deux camps (pour simplifier), à Cap 21, tout le monde à la liberté de parole, mais personne ne s'est, à ma connaissance, opposé à la candidature de Corinne LEPAGE.
Quant à Nicolas HULOT, je vous engage à lire la tribune publiée par Corinne LEPAGE dans Libération (voir mon site).
Laurent JEANNAS, Délégué Régional Nord Pas de Calais de Cap 21.
 

Grégoire 11/01/2007 22:25

Merci metallah pour ces liens
C'est vrai que ....ça casse !
et une fois de plus, cela va donner une mauvaise image des verts et des écolos en général !....Cependant, le débat doit être posé, me semble t'il.
Etant très éloigné de toute la "galaxie" verte, j'imagine qu'il y a des coups bas ou des revanches dans cet appel....mais bon, ne tapons pas sur ces trois députés car nous sommes bien content, lors des discussions pour REACH ou d'autres, de les avoir.

metallah 11/01/2007 22:10

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/rebonds/228023.FR.phplisez attentivement les commentairesc'est interessant...(j'aime bien ça aussi :http://www.liberation.fr/rebonds/227611.FR.php)

So-Ann 11/01/2007 22:08

Pour moi, la décision est prise. Je ne me lancerais pas dans cette aventure d'union. Trop risqué. Trop de variables aléatoires. Et je ne veux pas soutenir quelque chose dont je ne suis pas convaincue...Mais prête à continuer à en discuter! Allez, je fais un break maintenant!