Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 08:13

Les chiffres des ventes automobiles en Suède me laissent perplexe ! Ainsi, sur les 6 premiers mois de l'année 2008, les voitures considérées comme vertes (roulant à base d'Ethanol, de biogaz ou encore hybride) ont représenté plus de 30 % des ventes de véhicules neufs ! Dans certaines grandes communes (comparable à nos départements), ce chiffre peut monter jusqu'à 43 % !




Alors qu'en France, les agrocarburants sont appelés par certains "Nécrocarburants" ("La faim, la bagnole, le blé et nous" de Fabrice Nicolino), qu'ils sont de plus en plus montrés du doigt comme étant à l'origine de la faim dans le monde, les Suédois s'engouffrent au contraire de cette direction.

Seraient ils devenus soudainement peu respectueux de la nature et des autres? Manqueraient ils d'information par rapport aux Français? Pour ce dernier point, j'en doute énormément car ici, pas un jour sans un article de fond, dans les médias, sur le réchauffement climatique, les questions énergétiques et autres sujets environnementaux.


Je crois que la différence d'approche vient, une fois de plus, du pragmatisme suédois, en opposition à la "passion" française.



 Je me demande en effet s'il ne vaut pas mieux produire de l'éthanol et/ou d'en importer un minimum, ce qui permet de peser sur le marché de l'offre (comme le fait la société suédoise dont j'ai parlé ici), plutôt que de s'opposer à une filière qui se développera, quoi qu'il arrive?


En nous fermant ou tout du moins en nous opposant à ces nouvelles sources d'approvisionnement, nous risquons également de passer à coté des agrocarburants dits de deuxième génération, en orientant ailleurs nos investissements(publics et privés) en matière de recherche et développement.


Dans un monde globalisé, peut on réellement fermer nos frontières aux agrocarburants en sachant que les Etats vont en produire de plus en plus (au regard des programmes environnementaux de Mc Cain et Obama) et que de nouvelles technologies d'exploitation vont se mettre en place? Cet isolement ne sera t'il pas une plus grande dépendance, encore, au pétrole ou au nucléaire, sans préparer l'avenir?


Plus je cherche à comprendre ces enjeux, plus je me dis qu'il faut que nous ayons une attitude très volontariste en matière d'agrocarburants: importation uniquement d'agrocarburants équitables avec des normes mondiales reconnues par tous (avec comme critère premier, la production d'agrocarburants qui n'a pas eu d'emprise sur les forets primaires), mise en place de normes drastiques au niveau des moteurs pour limiter les consommations et les émissions de CO2 (à ce sujet, un débat crucial ce déroule actuellement au Parlement Européen), orientation de notre recherche sur les agrocarburants de seconde génération et incitation fiscale plus forte en France pour ces véhicules.


Enfin, pour les questions de faim dans le monde, ne touchons nous pas un problème qui va au delà des agrocarburants
avec une répartition des richesses injustes, des systèmes de subventions qui étouffent les petits pays et une trop grande consommation de viande dans les pays occidentaux (quand on sait qu'environ 40% des récoltes sont destinés au bétail..!!!).


Alors, je ne sais pas comment vous voyez les choses mais pour moi, les agrocarburants, il faut "y aller" plutôt que de les dénoncer en permanence. Autant être acteur dans une filière (en en connaissant toutes les conséquences et en faisant en sorte de les corriger si nécessaire), plutôt que d'attendre...une éventuelle solution miracle, non?
 

Partager cet article

Published by Gregoire JACOB - dans l'écolonomiste
commenter cet article

commentaires

Stef 18/09/2008 14:36

Bonjour et d'abord bravo pour votre blog. Prendre de son temps pour faire partager ses inquiétudes et ses idées c'est déjà beaucoup.Pour ce qui est de votre réflexion sur les agrocarburants, je suis loin de partager votre enthousiasme.Mettre en concurrence, le "marché" de la nourriture et celui de l'énergie (pour la voiture) me semble absurde.Cette énergie, apportée par les agrocarburants, n'est une nouvelle fois qu'utile pour les pays développés au mépris de ceux dont la préoccupation première est de se s'alimenter.Je ne comprends pas comment on peut mettre en parallèle un hectare de céréales destinées à l'alimentation d'une personne ou d'une voiture !!Il faut arrêter de vouloir poursuivre notre mode de vie occidental absurde dans la mesure où la planète ne peut le supporter.La déconsommation est, à mon avis, la seule alternative viable.A nous de relever ce défi.

aidemoi 15/09/2008 13:14

Salut, 
Je viens de voir ton blog et je le trouve très bon.  
Peut-être que tu puisses m’aider…Je suis intéressé par tout ce qui concerne l’écologie, la nature, des nouvelles liés etc etc. J’utilise des moteurs de recherche habituels, (yahoo, google, Hotmail) mais on m’a parlé d’un moteur spécialisé qui s’appele ecoogler.com.
 
T’en as entendu parler? Apparemment ils aident à reboiser l’Amazonie mais peut-être je me trompe. Tu peux confirmer ? 
Merci d’avance

jcm 13/09/2008 08:19

@ Isabelle sur les algues, ce lien qui illustre assez bien la problématique d'une production de masse de biocarburants à partir d'algues : Conversion de CO2 en biomasse par des microalgues : inauguration d'une installation controversée à Hambourg. @ Grégoire sur le socle de ton raisonnement : Tu écris "Je me demande en effet s'il ne vaut pas mieux produire .... plutôt que de s'opposer à une filière qui se développera, quoi qu'il arrive?" : on peut appliquer ce raisonnement à n'importe quelle action, ce qui donne "utilisons largement le charbon puisque cela se fait, et de plus en plus de par le monde" ou "lançons-nous dans le terrorisme international, car son développement semble inéluctable". Je pousse à peine, et ce n'est pas parce-que d'autres s'investissent dans une filière dommageable que nous devons les suivre. @ Grégoire sur le panorama futur des transports : Si la tendance mondiale est d'incorporer un certain pourcentage d'agrocarburants dans les carburants d'origine pétrolière, cela implique dans les années à venir un développement très fort des surfaces qui leur sont consacrées, car il faut atteindre ce pourcentage pour un parc automobile en forte croissance (au niveau mondial). Cela signifie que les surfaces aujourd'hui consacrées aux agrocarburants sont ridiculement petites par rapport à ce qu'elles devront bientôt être. Cependant elles provoquent déjà des dommages avérés, graves, qui sont indissociables des niveaux de production (quantités brutes) et des rendements exigés pour que ces filières soient rentables, condition indispensable à leur existence. Cela signifie que l'ON NE PEUT PAS à la fois produire les quantités significatives envisagées ET les produire de façon rentable SANS provoquer les nuisances que nous constatons actuellement à différents niveaux. Du point de vue de la rentabilité il ne faut jamais oublier que les agrocarburants ne sont rien d'autre qu'une conversion du pétrole : leur production en exige beaucoup tout au long de la filière. Cette pétro-dépendance implique que plus le pétrole sera coûteux plus il sera difficile de cultiver des agrocarburants : ce ne sont donc en rien de véritables substituts au pétrole mais, au mieux, une façon d'améliorer certaines utilisations du pétrole. Pour que cette amélioration soit une réalité IL FAUT que le rendement final, du point de vue thermodynamique, soit supérieur à 1. Il ne semble pas que cela soit toujours le cas et, quand ça l'est, la différence à 1 est rarement élevée. Le niveau de différence à 1 du rendement thermodynamique pourrait être un assez bon critère d'évaluation de l'intérêt d'une filière d'agrocarburants. Pour avoir une vision assez multiple à ce sujet et à bien d'autres, je propose une revue du web alimentée au quotidien, en une quarantaine de rubriques...

cyclotan 12/09/2008 21:20

Les amis de la terre ont publiés un rapport intitulé:"Comment les agrocarburants détrusisent l'Amerique latine" Le résumé en Français ici (avec également le lien  vers le document d'origine)http://carfree.free.fr/index.php/2008/09/12/comment-les-agrocarburants-detruisent-l%e2%80%99amerique-latine/Pou rmoi, les agrocarburant permettent surtout de déculpabiliser les automobilistes et donc de continuer la folie du tout automobile. C'est une aubaine pour les vendeurs de voitures qui vendent ainsi des voitures qu'ils appellent des voitures "écologiques". COmme si une voiture pouvait être écologique.

Grégoire 12/09/2008 18:29

Merci JCM pour le lien transmis. C'est très intéressant et complet. Beau boulot, BRAVO