Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 12:42

Le magazine scientifique La Recherche vient de publier les résultats d'une enquête de 3 chercheurs français (Hervé le Trent, Bernard Laponche et Benjamin Dessus) sur l'impact du méthane dans le réchauffement climatique et sa "sous" prise en compte dans les enjeux, dans la mesure où ils ont été transformés, trop rapidement  "en tonne équivalent CO2".

Bon, je m'explique ! 

undefinedTout  d'abord, quelle est la provenance du méthane : les zones humides, l'extraction du charbon, l'industrie gazière et pétrolière, les flatulences des ruminants et la décomposition des déchets organiques dans les décharges à ciel ouvert.

Pour essayer d'avoir des données compréhensibles, les experts du GIEC (Groupe International des Experts en Climatologie) ont transcris les émissions des différents Gaz à Effet de Serre (ceux qui sont responsables du dérèglement climatique) en tonne équivalent CO2. Cependant, le CO2 dégagé dans l'air n'a pas le même impact dans le temps que le méthane.  A court terme, le méthane est plus nocif que le CO2 mais hélàs, les correspondances entre méthane et CO2 ne portent que sur 100 ans et non sur 10, 15 voire 50 ans. Et c'est bien là que se situe le problème .....on doit réduire de manière drastique nos émissions de CO2 à l'horizon 2050 donc, autant mesurer les émissions de méthane d'ici 2050 et non à 100 ans !

Pas simple à comprendre mais j'espère que mes propos vous auront permis d'y voir un peu plus clair.

Sachez qu'en tant que citoyen, il y a plusieurs façons d'agir, dès maintenant. Tout d'abord, dans votre collectivité, savoir si les décharges à ciel ouvert, éventuellement proches de chez vous, récupèrent le méthane. Si ce n'est pas le cas, il fautdrait les inciter à le faire extrêmement rapidement car cette opération est relativement simple à mettre en oeuvre et permettra déjà de diminuer les émissions de GES. (Gaz à Effet de Serre)

undefinedEt puis, dans votre alimentation ...comme les flatulences des ruminants contribuent à 4% des émissions de GES et bien.....diminuez vos consommations de viande et de lait. Personnellement, je le fais depuis environ un an et croyez moi, je me porte très bien.




Pour résumer : 

il ne faut pas réduire le réchauffement climatique uniquement aux émissions de CO2

On peut agir en interpellant les collectivités qui ont des décharges à ciel ouvert, pour qu'elles récupèrent et éliminent le méthane

et enfin ...réduisez fortement votre consommation de viande et de laitage



Je ne sais pas pourquoi mais ...avec ce dernier point, je me dis que je ne vais pas me faire des amis auprès des lobbys de viande bovine ou de laitage !

Partager cet article

Published by Gregoire JACOB - dans Réchauffement climatique
commenter cet article

commentaires

Patricia Tutoy 07/03/2008 14:14

@ Grégoire : j'ai bien compris que vous ne préconisez pas l'extermination des bestioles polluant la planète par émission de méthane. Sauf que, quand j'ai lu votre article, c'est la première idée qui m'est venue à l'esprit en termes de solution pour réduire cette émission de méthane. De fait, d'autres personnes pourraient penser la même chose. Je voulais juste pointer cela.Quand je pose la question de savoir si nous pourrions encore nous nourrir dans l'avenir, j'ai pensé à la planète entière, bien sûr, mais je voulais soulever un autre problème : que mangerons-nous ? Je constate aujourd'hui que je suis devenue végétarienne par choix d'abord, mais ensuite par obligation pour préserver ma santé. Je mange ce que je prépare, je vais de moins en moins au restaurant parce que je voudrais éviter de manger des produits à base d'OGM.C'est difficile d'être une citoyenne écolo. Nos "politiques" élaborent de belles propositions dans des commissions, palabrent énormément sur le sujet, et sur le terrain, en termes d'actions, ils sont au-dessous de tout !Pour conclure, je suis végétarienne pour toutes les raisons évoquées ici et dans mon précédent commentaire, je me déplace en transports en commun à Paris, en vélo ou à pied dans ma commune, et je mène quotidiennement des actions pour réduire la consommation d'eau, d'électricité, etc. Bref, c'est difficile d'être une citoyenne écolo ! Cependant, grâce à vous, votre blog et ses articles, j'apprends chaque jour à adopter des comportements de plus en plus écolo. Pour cela, MERCI GREGOIRE.

Nervo Viviane 07/03/2008 13:38

Bravo !La réduction de la consommation de viande et de produits laitiers (mieux l'adoption d'une alimentation végétarienne) est  une nécessité écologique !Le monde a largement assez de terres agricoles pour nourrir la population actuelle en alimentation végétale : pour nourrir une personne pendant 1 an, il faut  seulement 0.16 ha de terre en alimentation végétale (protéines végétales) au lieu de 2 ha de terre en alimentation carnée ! Le problème est justement que la consommation de viande augmente dans tous les pays. Cela va de pair av ec la confiscation de terres aux petits paysans par de grosses multinationales afin d'y cultiver du soja destiné à nourrir le bétail européen et nord américain.Gaspillage de terre, d'énergie, d'eau, déforestation, pollution, OGM... c'est tout cela que nous favorisons en mangeant de la viande !!!Si vous n'êtes pas convaincus, allez voir par ex :http://www.delaplanete.org/IMG/pdf/riendepersonnel.pdf ou le site de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturehttp://www.fao.org/newsroom/fr/news/2006/1000448/index.html

Grégoire 07/03/2008 11:45

@ Julien : c'est vrai que je suis peut être trop optimiste quant à la connaissance qu'ont, nos élus, des enjeux environnementaux.....mais pour ce qui est de la recherche, je pensais surtout aux ministres.....et pas aux élus plus "isolés" ..... Et là, c'est vrai que la question se pose clairement. Comment peuvent ils prendre des décisions qui peuvent être lourdes pour l'avenir :(assainissement, constructions, gestion des déchets, eau...... )sans avoir la connaissance globale des enjeux !Certes, les associations sont souvent présentes mais hélàs, elles ont surtout l'image "d'emmerdeurs" aux yeux de bons nombres de politique.En tout cas...la question se pose et est très intéressante. Je vais essayer de faire un papier à ce sujet dans les semaines qui viennent. MERCI donc d'avoir soulevé la question

Julien 07/03/2008 00:57

Le problème, c'est qu'il faut bien trouver des indicateurs pour s'adresser au grand public, qui n'y comprend pas grand chose à toutes ces questions de GES. Et on va pas lui jeter la pierre au grand public, d'abord parce qu'on ne jette pas les caillous sur les gens, ensuite parce que ceux qui s'intéressent de très prêt à la chose sont eux-même souvent à s'arracher les cheveux devant ce genre de problèmes...Sans passer par des indicateurs simples, la question de la diminution des consommations énergétiques passerait surement moins bien, la diffusion serait plus ardue. Si l'indicateur universelle existait... Ah si, on a le PIB. Levez le doigt ceux qui ont souri...Allez, notre président (main sur le coeur)(qui côté pratique, est aussi du côté du porte-feuille) a nommé une comission ("tu veux faire quoi mon petit Nicolas plus tard ? - Des comissions père...") qui doit nous pondre de biens jolis indicateurs de bonheur, on attend donc le résultat final, non-censuré si possible. Le PIB est mort (et il commence à sentir), vive le PID !!!Bref, les outils comme le bilan carbone, l'empreinte écologique et autres ne sont évidemment pas à un racourci près, mais ils ont le très grand mérite d'être "visuels" et visibles. Que celui qui veut expliquer les différences de potentiel de réchauffement global des différents gaz et de leur durée de vie dans l'atmosphère, dans le RER de 19h13 se lève tout de suite...Après, je reconnais qu'on se retrouve aussi avec des amalgames énormes malheureusement. Tout le monde s'est déjà vu opposer cette question non ? "Mais le réchauffement climatique, c'est pas à cause du trou de la couche d'ozone ???"Pour finir, vous accordez de biens grandes vertus aux politiciens je trouve. Pourquoi seraient-ils mieux informés que le grand public ? Certes, les "très hauts" ont à leur disposition les plus éminents spécialistes et des fiches de lecture préparées à l'avance. Pratique. Mais ils doivent être au courant de tous les sujets en théorie. Et quand je vois le mal que j'ai déjà à collecter un max d'infos sur le sujet qui me tient le plus à coeur, je ne vois pas pourquoi eux pourraient se préoccuper de tous les sujets de manière égale et connaître tous les enjeux en permanence.Nos élus, on peut être déjà bien content s'ils ont compris ce qu'est un équivalent CO2.

Grégoire 07/03/2008 00:09

Non, non, Patricia, je ne préconise pas de tuer toutes ces bêtes mais disons que l'on nage une fois de plus en plein délire. Pour les animaux que nous mangeons, ce sont environ 40% des récoltes qui leurs sont destinées. Qui dit récolte, dit utilisation des ressources naturelles et de pesticides, voire OGM pour les animaux. (de mémoire, il faut 10.000 litres d'eau pour 1 kilo de viande) ! Donc, en plus des flatulences, on "gaspille" des terres agricoles pour nourrir du bétail alors que nous n'avons pas besoin d'autant d'animaux pour nous nourrir.Tout cela pour dire que si l'on réduit chacun notre alimentation de viande et de laitage, nous allons petit à petit rééquilibrer les chosesPour répondre à votre question, à savoir si dans quelques années, nous pourrons encore nous nourrir...;et bien, ma réponse va être cynique . En France OUI, à priori, pas de problèmes mais dans le monde, comment nourrir 9 milliards d'individus qui aspirent à vivre comme nous, "occidentaux", ma réponse est NONBref, si l'on regarde juste son nombril français ...pas de soucis à avoir mais si l'on regarde un peu plus loin......c'est plus inquiétant, je pense