Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 17:53

Je reprends ici intégralement un article paru sur le site de Benoit Chauvin, concernant un agriculteur victime du Chlordécone.
 Appel saisissant et j'espère que nous pourrons le relayer au maximum pour aider cet agriculteur qui est surtout victime de l'inconséquence de nos politiques successives.

10 jours pour sauver Léon RELLA !

par Benoit Chauvin

 

Agriculteur guadeloupéen, Léon Rella va devoir vendre aux enchères, mardi 2 octobre, ses terres polluées par le chlordécone.

En 1992, Léon Rella achète près de 14 ha de sole bananière sur la commune de Goyave. Dix ans plus tard, devant les difficultés de la filière banane, Léon Rella choisit de se diversifier dans la culture d'igname. C'est là que les mesures de pollution des sols effectuées par l'Etat, dans le cadre de l'arrêté préfectoral de 2003, révèlent que son terrain est contaminé. Il accepte alors de ne pas planter et de vivre de petits boulots pour nourrir sa famille.

En 2004, il souhaite élever des bovins mais se voit motiver un refus de la chambre d'agriculture.

Pendant ce temps, le crédit agricole continue de réclamer chaque mois le remboursement du crédit contracté en 1992 et déjà à moitié remboursé. La dette de M.Rella se monte aujourd'hui à 70 000 euros, et si aucune solution n'est trouvée d'ici le 2 octobre, les terrains seront mis en vente aux enchères.

Aujourd'hui, M.Rella peut élever sur ces terres des bovins. Comme ces derniers ne raclent pas la terre en broutant, la seule manière dont ils peuvent être contaminés au chlordécone est en buvant l'eau de source. Qu'à cela ne tienne, M.Rella envisage de les abreuver à l'eau de pluie.

Pour permettre à cet homme de retrouver sa dignité, de se forger un nouvel avenir, il suffit d'un coup de pouce financier. Léon Rella ne veut pas être assisté. Il demande juste qu'en tant que victime directe du chlordécone, on l'aide à passer ce cap et à se reconvertir, plutôt que de lui mettre des batons dans les roues (préfecture, Région, Département).

Aujourd'hui, en tant que responsable local de Cap21, je ne peux rester indifférent au sort de Léon Rella, et à celui des autres agriculteurs dans le même cas. Si on ne les aide pas aujourd'hui, qui demain sera en mesure de cultiver les terres guadeloupéennes ? Or assurer une production agricole locale permettant de garantir les besoins de la population est une nécessité pour le développement durable de la Guadeloupe.

M. Barnier, vous avez fait preuve d'une attitude encourageante suite à la parution du rapport du Pr Belpomme. Je vous invite désormais à aider le cas particulier de M.Rella, le plus urgent de tous, et à créer un fonds de soutien aux agriculteurs victimes de la pollution au chlordécone. Ce fonds ne serait pas un dédommagement pour la contamination, comme les 3000 euros par exploitation proposés en 2006 par M.Bussereau. Ce serait un outil au service des agriculteurs, qui se porterait caution auprès des banques et financerait des crédits à taux zéro et remboursement différé des échéances le temps que les bénéficiaires perçoivent les premiers subsides de leur reconversion.

Benoit Chauvin
Voir le blog CAP21 Outre Mer

Partager cet article

Published by Grégoire - dans Agir
commenter cet article

commentaires

isabelle 23/09/2007 17:15

Je relaie chez moi