Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 11:41

borloo.jpgC'est donc bien Borloo qui est nommé Ministre d'Etat, en charge de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables, ainsi que Nathalie Kosciuscko-Morizet qui hérite du Secrétariat d'Etat à l'Ecologie ! J'avoue être rassuré par la présence de NKM, histoire d'épauler Borloo qui n'a jamais été un grand défenseur de l'environnement....Certes, il était dans l'équipe qui avait lancé le mouvement Génération Ecologie et dans le nord, il avait essayé de devenir président de région en créant un groupe du nom d'Oxygène ! Mais au delà de ces actes qui remontent au début des années 90.....c'est un peu le désert environnemental depuis 15 ans.


NKM.jpgDe son coté, Nathalie Kosciusko-Morizet fait figure de véritable écolo. C'est elle qui était à l'origine d'un rapport parlementaire qui a frappé les esprits sur l'impact du réchauffement climatique...c'est
ici. J'espère qu'elle aura assez de poids politique dans cette équipe qui n'est pas, à priori, ouverte aux enjeux environnementaux. Pendant la campagne, elle était un peu l'alibi environnemental de Sarkozy, avec des arguments pas toujours percutants mais ...à elle de prendre maintenant la dimension de son poste et de faire preuve d'audace et de persuasion.


Barnier.jpgEnfin, et là, j'espère que ce signe sera positif, l'arrivée de Michel Barnier à l'agriculture me semble être une vraie bonne nouvelle. Certes, il na va pas tout changer du jour au lendemain mais c'est quand même un ancien ministre de l'écologie et il a toujours montré des signes d'ouverture sur les questions environnementales.

Espérons que ces trois personnes arriveront à travailler en bonne intelligence et dans la bonne direction pour les enjeux environnementaux qui nous font face. Je sais pertinemment que Sarkozy avait été mal noté par l'Alliance pour la Planète et que son programme faisait l'objet de nombreuses critiques. Aussi, je pars du principe que nous ne pouvons qu'être agréablement surpris et c'est à nous de "coller la pression" sur ces trois ministres en suivant les dossiers et leurs actes. Ne relachons pas notre vigilance. Bien au contraire, exerçons notre rôle de contrôle, de critique (positive ou négative) et surtout, soyons apporteurs d'idées.

Partager cet article

Published by Grégoire - dans l'écolopolitique
commenter cet article

commentaires

Yoann GONTIER 20/06/2007 16:59

@ Zig et Puce: preuve que Borloo doit faire ses preuves quand il a lancé la maison à 100 000€, il n'a pas jugé bon d'y inclure la norme HQE. J'avais écris un billet à ce sujet en janvier 2006 http://ge-hautenormandie.over-blog.com/article-2308707.htmlJe continue à vouloir lui laisse le bénéfice du doute. Si il se plante, il sera bien temps de lui tomber dessus.

Yoann GONTIER 20/06/2007 16:53

@Ecolo du jour: Je ne suis pas en train d'appaudir des 2 mains de la nomination de Borloo. Je crois qu'il est bon que je le précise. Il est clair qu'il doit faire ses preuves. Mais le fait qu'il ait participé à la création de Génération Ecologie me paraît être tout de même un point positif. A cette époque, début 90, le réchauffement climatique et autres ne faisaient pas les gros titres des journaux et le développement durable n'était pas la dernière technique marketing. On peut en déduire qu'il y avait derrière son engagement de l'époque une réelle prise en compte des problèmes environnementaux. Pour lui tout reste à prouver. Je te rejoins sur NKM. Elle a souvent pris des positions courageuses au sein de son propre camp. J'aurai tout de même aimé que l'équipe s'étoffe d'un(e) autre ecolo reconnu. J'essaie d'être constructif et de ne pas tomber dans la politique politicienne qui consisterait à crier au loup tout de suite. Borloo et NKM vont devoir peser de tout leurs poids dans les arbitrages ministériels. Espérons qu'ils s'en donnent les moyens.  

Zig & Puce 20/06/2007 15:40

Il est vrai que les trois personnes nommées ne sont pas les pires choix. Comme je le disais il y a deux jours, Borloo est un homme de com',  mais côté développement durable, il n'a fait aucun programme de réhabilitation de logement dans le sens du DD alors qu'on sait tout qu'elles sont les économies que peuvent faire les locataires et propriétaires dans les logements bien isolés... Bon, il a eu un bref investissement dans Génération Ecologie en 1990, mais ça ne fait pas de lui un expert dans le domaine.NKM, elle a l'air de bien connaître son métier, mais j'ai le sentiment qu'elle espérait mieux que secrétaire d'état à l'écologie. Elle n'a pas eu le poste après s'être démenée auprès de Sarkozy pendant toute la campagne.Non, le plus important, c'est la structure générale du gouvernement, il est divisé en bloc de sensibilité. Les gens plutot sociaux sont aux postes sociaux, les gens très libéraux (Lagarde par exemple) sont aux finances... Tous ces gens là vont se retrouver en concurrence et rien n'avancera.Pour revenir au super ministère du DD, il n'a pas plus de légitimité que les autres, même après le remaniement. Normallement, il aurait dû avoir de l'influence sur les autres ministères mais rien, il est en opposition avec les autres ministères. Mener une vraie politique de développement durable va être quasi mission impossible.

ecolodujour 20/06/2007 07:08

@ Yoann : en effet, Borloo n'a pas le même poids politique que Juppe et désolé de le dire, mais meme s'il a participé avec d'autres, à la création de Génération Ecologie, cela me fait penser au club de photo que j'avais créé au collège et depuis, plus rien .... Bref, il doit faire ses preuves et heureusement qu'il sera épaulé par NKM qui connait les sujets car seul, il va se faire bouffer par ses conseillers qui risquent d'être tous formatés dans le même moule !

Yoann GONTIER 19/06/2007 22:08

Jean Louis Borloo privé de ses domaines de compétence habituels que sont l’emploi et la solidarité, aurait été sanctionné pour son « couac » sur la TVA sociale. Numéro deux du Gouvernement en charge d’un super ministère inédit qui regroupe un large périmètre de compétences, la « punition » est loin d’être sévère. Devenir le numéro deux du gouvernement devrait être perçu comme une promotion. Or, on présente cette nomination comme une sanction. Cherchez l’erreur...Jusqu’alors, l’Environnement était un ministère croupion, le plus démuni au niveau budgétaire, qui faisait figure de faire valoir plutôt qu’autre chose. Le fait que le super ministère taillé pour Alain Juppé ne soit pas redevenu petit poucet est une bonne nouvelle. En parallèle, l’arrivée de Michel Barnier, ex Ministre de l’Environnement, au Ministère de l’agriculture et de la pêche en remplacement de Christine Lagarde encline aux cultures transgéniques est un autre bon signal. Certes Jean Louis Borloo n’a pas exactement le même poids politique qu’Alain Juppé. Son expérience de Premier ministre en faisait un coutumier de la transversalité qui est indispensable dans ce grand ministère du Développement Durable. Mais le Co-président du Parti Radical valoisien n’est tout de même pas un novice. Son C.V. ecolo est maigre mais pas vierge : Jean Louis Borloo a participé à la fondation de Génération Ecologie en 1990 aux côtés d’écologistes historiques tels que Brice Lalonde, alors ministre de l’Environnement, Haroun Tazieff ou encore Yves Pietrasanta.Le « monsieur social » de l’UMP doit encore se muer en « monsieur Développement Durable ». Il part avec l’avantage que le social, son domaine de prédilection, figure au rang des piliers de la notion de Développement Durable aux côtés de l’Economie et de l’Ecologie. Il ne tient qu’à lui de transformer l’essai.