Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 17:29

Plus j'avance dans la recherche d'actions positives entreprises en Suède, plus ma surprise est grande, au regard des actions menées depuis de nombreuses années comparées à une certaine forme d'inertie en France.

Comme vous le savez peut être, la société suédoise est une société fondamentalement égalitaire......et je viens peut être de comprendre pourquoi l'environnement est autant pris en compte dans cette société!

Une enquête, en provenance de Montréal, vient de démontrer que plus la richesse est distribuée de façon inégale au sein d'une société, plus la biodiversité est menacée ! Etonnante découverte ou tout du moins, pour la première fois, on établit clairement un lien entre des éléments socio-économiques et la perte de biodiversité.

Le groupe de chercheurs (Université McGill) a observé les revenus par ménage de 45 Etats américains et de 45 pays. Il a ensuite noté le nombre d'espèces d'oiseaux en voie de disparition pour les Etats et le nombre de plantes et de vertébrés également menacés, pour les pays. Dans les deux cas, la tendance est la même : l'inégalité des revenus et la perte de biodiversité sont liées !

Ainsi, en prenant en considération les régions, le climat, la taille de la population et la consommation par habitant, les calculs démontrent que si les Etats Unis atteignaient un équilibre des revenus comparable à celui de la Suède, ils réduiraient de 44% le nombre de végétaux et de vertébrés en danger de disparition sur leur territoire !

L'étude montre donc qu'un partage équitable des ressources économiques avec les membres de notre espèce pourra aider à répartir de manière plus juste avec les autres espèces, les ressources écologiques dont nous disposons.

Alors, pourquoi un tel lien ou d'où viendrait il?

Est ce que l'inégalité tend à diminuer la coopération entre les gens et espèces d'une société?

C'est à cette question que les chercheurs vont consacrer leurs prochaines études, mais c'est la première fois que l'on établit un tel lien et ...peut être une des explications de notre retard, par rapport à la Suède, pour la préservation de la biodiversité !

Partager cet article

Published by Grégoire - dans l'écolonomiste
commenter cet article

commentaires

Petit Vélo 24/05/2007 13:53

Intuitivement je trouve des liens solides entre la protection de la nature et l'égalité sociale. Comment se préocuper de la nature quand les relations humaines se résument à une compétion acharnée entre des individualités ? Toujours plus de tout pour faire la "course" en tête.Dans un système ou la coopération est la base il est plus évident je crois de coopérer avec la nature si on le fait déjà avec ses congénères.C'est formidable d'avoir une étude solide qui confirme cela serieusement.

julie 23/05/2007 23:13

Bonjour, merci pour ce site ! le web est un extraordinaire support pour relayer ces idées... Que c'est original que tu blog depuis la Suède !

So-Ann 23/05/2007 22:31

Bon, aujourd'hui c'est migraine alors je vais pas me lancer dans l'éco ce soir... Mais en gros oui Isa tu n'as pas tort... Le problème du libéralisme actuel est celui de la maximisation individuelle du bien être. Adam Smith en a bien parlé avec son boulanger and co, et son concept de main invisible du marché... Cela dit, ça fonctionne tant qu'il y a des limites aux excés individuels, ce qui n'est pas vraiment le cas dans nos sociétés développées...  particulièrement pour l'environnement. En ce qui est des ressources, en effet, les présupposés de départ sont souvent très schématiques. Si l'on introduit des contraintes sur ces ressources en les limitant peu à peu dans le temps, cela complique évidemment les choses. Pas envie de regarder ce soir mais doit il y avoir des études là dessus, faudra que je me renseigne!

ecolodujour 23/05/2007 18:17

Merci pour vos commentaires et en effet, Isabelle, je pense aussi que c'est une super trouvaille qui va ouvrir de nombreuses portes et réflexions.... C'est quand même la première fois qu'une recherche montre un tel lien...ou plus exactement, c'est la première fois que l'on est allé chercher dans cette direction ...et le résultat semble flagrantPour revenir sur ce que tu dis, cela fonctionne pour le libéralisme mais aussi pour le communisme qui aura été dévastateur pour l'environnement.....car, l'application qui avait été faite dans certains pays, a amené à de profondes inégalités et ainsi, aux résultats que l'on peut lire dans cette enquête !Le modèle serait peut être une "social démocratie"  à la suédoise (même si le pays vient de basculer à droite....) qui cherche à gommer au maximum les inégalités tout en laissant une grande liberté d'expression et de vie aux personnes?

isabelle 23/05/2007 13:38

Super trouvaille, ça !Je me demande si cela n'est pas lié au libéralisme. La théeorie du libéralisme est en gros que chacun cherchant le bénéfice maximum atteint un optimum par le biais d'actions rétroactions et finit par donner le bien maximal possible d'une société (So ann, toi l'économiste : c'est pas trop raccourci ?). Or en admettant que cela fonctionne, cela fonctionne dans un monde où les ressources sont infinies. Car le libéralisme conduit donc les indvidus à rechercher l'enrichissement maximal, qui passe par un prélèvement maximal des ressources au niveau individuel. Dans un monde de ressources finies, le libéralisme conduit à un prélèvement maximal des ressources, donc à leur épuisement. Cela entraîne forcément un épuisement aussi de la biodiversité. C'est surtout pour cela je pense que le libéralisme ne peut être écologique : car il repose sur un présupposé de ressources infnies, non dit probablement in extenso par Adam Smith, mais qui correspondait à la vision du monde de son époque. Dans un monde fini, le libéralisme est une absurdité.