En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41  42   43ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez moi sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg


Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

Des réussites écolos en Europe

Vendredi 11 janvier 2013 5 11 /01 /Jan /2013 08:41
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Depuis le 1er janvier 2013 est entré en vigueur le péage urbain de la ville de Götebor (2ème ville de Suède).

 

Acté de longue date (2008), l'incertitude a pesé malgré tout jusqu'au dernier moment quant à l'ouverture ou non de ce péage. De nombreux citoyens se sont élevés contre cette pratique et ont demandé à ce qu'un référendum local soit mis en place. Malgrè les 45.000 signataires (chiffre très élevé quand on sait que Göteborg et sa région comptent environ 1 million d'habitants), les autorités ont donc mis en route les différentes zones de péages (36 péages autour de la ville)

 

Trafik-Goteborg.jpg

 

 

Un péage urbain en vigueur seulement la semaine

 

Concrètement, cela se présente comme des grands portiques au dessus de la route. Des caméras photographient les plaques numéralogiques des véhicules qui passent et tous les mois, une facture vous est envoyée directement chez vous.

 

Suivant votre heure de passage dans la ville, les frais sont différents avec une gratuité les week ends, et tous les jours, entre 18.30 et 06.00 du matin. Ensuite, les tarifs fluctuent entre 8 et 18 couronnes (soit environ entre 1 et 2 Euros par passage). Cependant, si vous passez plusieurs fois dans la même heure, vous ne paierez qu'une seule fois et au maximum, dans la journée, meme si vous passez souvent sous ces portiques, vous ne paierez que 7 € maximum.

 

 

Les objectifs de ce péage urbain sont nombreux. Tout d'abord, réduire le trafic automobile à l'intérieur de la ville, améliorer l'accès de la ville et la qualité de l'air. Les sommes collectées sont destinées ensuite à couvrir des dépenses à venir en terme d'aménagement de nouvelles solutions de transports en commun sur Göteborg et sa région....avec des lignes de bus et de tramway souterraines.

 

Des premieres tendances encourageantes

Après quelques jours de mise en place, les autorités constatent une baisse de ....20% du trafic automobile.

 

Deux solutions à cela.....Soit les personnes ont mis en place du co voiturage (alors qu'auparavant, on avait 1,1 personne par véhicule), soit les transports en commun ont été pris d'assaut .... On devrait en savoir plus très prochainement mais il y a fort à parier que le renforcement de l'offre par l'opérateur des transports publics (Västtrafik), tout comme son opération spéciale découverte destinée à 50.000 personnes, (2 semaines gratuites sur tout le réseau de transport en commun), ont eu des effets positifs.

 

vasttrafikkort-gratis-520x369.jpg

 

 

 

Ainsi, renforcer une offre déjà très dense de transports en commun et la mise en place d'un péage urbain est peut être l'avenir pour toutes nos métropoles qui font face à une explosion du trafic automobile et une qualité de l'air qui laisse vraiment à désirer !

 

L'expérience de Göteborg est à suivre de près pour comprendre comment le trafic s'est réparti entre les autres modes de transports, tout comme suivre l'évolution des mouvements d'opposition à ce péage. Comptez sur moi, je ne manquerai pas de vous en reparler car je suis convaincu que de nombreuses villes en France vont mettre en place de telles solutions dans quelques années ! 

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 janvier 2013 3 09 /01 /Jan /2013 08:42
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Je vous parlais il y a quelques mois du mouvement Incroyables comestibles qui nous arrivait de Grande Bretagne. Aujourd'hui, je vous présente un collectif américain "Fallen Fruit", qui cherche à modifier l'environnement urbain au travers des arbres fruitiers !

 

Cette démarche peut paraître insolite mais depuis 2004, ce collectif a déjà mis en place de nombreuses actions remarquables. La dernière en date concerne la mise en place début 2013 d'un parc public fruitier, en californie (del Aire Fruit Park), avec une vingtaine d'arbres fruitiers, des vignes et des pieds de diverses baies.

 

L'idée est ensuite d'inciter les particuliers habitant aux alentours de ce parc d'entretenir cet espace vert et de venir se servir en fruits, régulièrement, et ce, gratuitement.


 

 

fallen-fruit.jpg

 

 

Découvrir les fruits du quartier

 

Porter un regard nouveau sur sa ville et son environnement peut également se déclencher grace à la cartographie des fruits déjà disponibles gratuitement dans votre quartier. Fallen Fruit a en effet cartographié des quartiers de nombreuses villes américaines, mais aussi en Espagne, en Colombie ou en Suède. Une fois le relevé des espèces d'arbres localisées dans le quartier, Fallen Fruit met en ligne un plan du quartier avec les fruits comestibles et accessibles à tous !Il n'y a plus qu'à aller se servir lorsque les fruits sont mûrs !

 

Larchmont_FallenFruit.jpg

 

Quand les fruits créent du lien social

 

Enfin, toujours dans l'optique de réappropriation de l'espace urbain au travers des arbres fruitiers, Fallen Fruit organise régulièrement des opérations invitant les riverains d'un quartier à venir avec ses fruits pour préparer des confitures ...tous ensemble.

 

 

jam-session.jpg

 

Au final, on se rend compte que le patrimoine végétal des villes peut être valorisé et constituer un élément catalysateur de rencontres et d'échanges entre les riverains.

 

A ce jour, je n'ai pas trouvé d'actions de ce type en France mais ...cela devrait aussi pouvoir se faire, non? Qu'en pensez vous?

Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 14 octobre 2012 7 14 /10 /Oct /2012 20:50
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Vous avez envie de construire gratuitement et de vos propres mains un vélo pour votre enfant ou votre petit(e) ami(e) ou encore, de réparer votre ancien vélo en changeant soit les freins, la chaine ou une roue ? Et bien, la cuisine du vélo est là pour vous !


Cuisine du vélo

 

Vous me direz que c’est peut-être un peu loin d’aller à Malmö, en Suède, pour le faire mais si ce concept existe et a trouvé sa place là-bas, pourquoi pas chez nous !

 

Comment faire du neuf avec du vieux !

 

L’idée de départ est toute simple … comme souvent pour les bonnes idées.  Bertil Björk habitait dans une villa, à Lund et lorsqu’il déménage pour Malmö, il se rend compte que son vélo reste certes utile pour ses déplacements mais qu’il n’a plus d’endroit pour y faire des réparations ou des modifications lui-même. Passionné de vélo, il en parle à ses amis du club cycliste…..et tous font le même constat : en habitant en ville et dans des appartements, ils n’ont pas d’atelier spécifique pour bricoler sur leurs vélos. Et puis, comme ils se disent qu’ils ne sont certainement pas les seuls dans ce cas, les voilà en quête d’un atelier, ouvert, gratuit et qui serait un lieu d’échanges entre amoureux de la petite reine et débutants !

 

Parallèlement, ce petit groupe constate que de nombreux « vieux » vélos sont présents dans les déchetteries et que certaines pièces sont tout à fait réutilisables. Aussi, cette combinaison entre un besoin et une offre de seconde main va donner naissance à la « cuisine du vélo »

 

 

Reste à trouver un lieu et un financement car tous souhaitent que cet endroit soit gratuit, ouvert à tous et surtout un lieu d’apprentissage. Assez rapidement, les porteurs de ce projet trouvent de l’aide de la ville de Malmö, qui, engagée dans un programme très ambitieux en matière d’environnement, trouve l’idée originale et encourageante pour tous les habitants désireux de se déplacer en vélo. De même, une fondation décide d’investir et de soutenir ce projet.

 

 

 

Quant au lieu, il a été facilement trouvé dans STPLN, endroit qui regroupe des initiatives mêlant à la fois le social, le développement durable et l’accès pour tous (retrouvez ici plus d’informations sur cette « maison des possibles »).  

 


La cuisine du vélo est ouverte  tous les dimanche, de 12 à 17 heures, ainsi que les lundi et mardi soir, entre 17 et 21 heures.  Si vous vous y rendez, ne comptez pas sur les permanents (certains sont payés, d’autres sont simples volontaires) pour faire le travail ou les réparations à votre place. Non, ici, on vous explique comment faire et après, c’est à vous de jouer ! Par contre, toutes les pièces que vous utiliserez sont gratuites.

 

 

cykelkoket-outside-bike-repairing.jpg

 

Et puis, la cuisine du vélo se déplace. L’association a fait l’acquisition d’un container, dans lequel ils ont mis de nombreuses pièces de rechange récupérées à droite et à gauche et ce container a fait cet été le tour des quartiers de la ville.  

 


Cette approche commence à se développer en Suède avec une « cuisine » déjà existante sur Göteborg et une autre en préparation sur Stockholm !

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais moi, j’aimerais bien y faire un tour, dans cette cuisine, pour mieux « connaitre » mon vélo et pouvoir en bricoler un, à mon image et … gratuitement ! Pas vous ?

Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mercredi 10 octobre 2012 3 10 /10 /Oct /2012 16:39
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Les chiffres sont tombés il y a quelques jours et ils ont été très très bien accueillis par les autorités de la ville de Växjö, en Suède ! On le comprend !!!

trapriset.jpg

(ci dessus, les premiers immeubles tout en bois local ! )

 

En 20 ans, cette ville d'environ 60.000 habitants a réussi à baisser de plus de 40 % ses émissions de CO2 et se fixe à terme, d'ici 2030, de ne plus dépendre du tout des énergies fossiles ! Même si le challenge peut paraître difficile, le

maire et son conseil municipal pensent pouvoir atteindre cet objectif et devenir ainsi une des premières villes européennes post carbone !

 

Retour sur une expérience insolite et exemplaire en Europe.

 

 

 

Comme dans la plupart des villes suédoises, Växjö (pour information, on prononce väx-cheu)  avait dans les années 70 un réseau de chauffage urbain dépendant du fuel et donc des énergies fossiles. Aussi, le premier choc pétrolier a été très mal vécu par les habitants de cette ville et c'est donc il y a quarante ans que l'on a décidé de faire appel à la biomasse "locale".

 

Alors qu'il s'agit au départ d'une décision purement économique, celle ci s'est révélée à la longue très intéressante et stratégique d'un point de vue environnemental ! En effet, quoi de mieux que d'utiliser le bois de proximité pour chauffer plus de 80% des logements de la ville?


Avec le sommet de Rio en 1992 et les soupçons de plus en plus forts quant au rôle du CO2 dans le réchauffement climatique, la ville se lance dans un programme de réduction de ses émissions et se fixe comme objectif de ne plus dépendre des énergies fossiles ! Ce n'est qu'il y a quelques années que la date de 2030 est arrêtée et tout semble indiquer que le pari sera gagné !

vaxjo-production-chauffage-urbain.jpg

Centre de production de chauffage urbain de Växjö

Un travail en profondeur et à tous les niveaux !

 

Qui dit lutte contre le réchauffement climatique et baisse des émissions de CO2, dit une large palette de mesures permettant d'atteindre cet objectif.

 

En plus du chauffage urbain qui a été fortement recommandé à tous les habitants de la commune, la ville a mis en place :

 

- des campagnes de communication permanentes sur les économies d'énergie (quand on connait la Suède et la propension des suédois à toujours laisser la lumière chez eux, même lorsqu'ils n'y sont pas....c'est un vrai challenge de changer ces habitudes ! )

 

- des transports en commun qui fontionnent au biogaz, tout comme les véhicules de la ville

 

- 160 km de vraies pistes cyclables (en 2011) ! Pour vous donner une idée de l'effort sans précédent pour une ville, voici quelques parallèles avec la France : Lille bénéficie de 350 km de pistes cyclables pour 1.200.000 habitants, Strasbourg a 480 km pour 760.000 habitants et Amiens seulement quelques dizaines de kilomètres pour 150.000 habitants !

 

- une politique active pour transformer les terres cultivables sur son territoire en terres bio . A ce jour, plus de 30% des terres sont bio !

 

- Des espaces verts proches et accessibles de manière douce pour tout le monde. La "norme" à respecter est d'avoir un espace vert à moins de 300 mètres de chez soi et on doit pouvoir y accéder sans croiser de grandes routes

 

- Des maisons passives et à énergie positive. .... En 2011, la production d'électricité d'origine solaire de la ville a atteint 182 Mwh

 

- Des programmes architecturaux ambitieux avec par exemple les plus grands immeubles tout en bois de Suède ! 134 logements ont vu le jour dans 4 batiments différents, chacun composé de 8 étages avec une architecture tout en bois ....une première en Europe...d'autant plus que c'est à partir du bois de la ville

 

- des initiatives pour limiter les livraisons en ville avec un point de collecte aux abords et ensuite, une optimisation des navettes à l'intérieur de la ville

 

Vaxjosjon.jpg

 

 

Alors que l'Europe s'est fixée comme objectif de réduire de 20% ses émissions de CO2 d'ici 2020, on se dit que l'exemple de Växjö devrait être plus partagé et devrait amener l'Europe à plus d'ambition car si une ville moyenne de Suède réussi aussi bien dans sa lutte contre le réchauffement climatique, il n'y a pas de raisons que d'autres n'y arrivent pas !

 

D'ailleurs.....on en est où, dans votre commune?

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 18 septembre 2012 2 18 /09 /Sep /2012 08:13
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Alors que les "grands" industriels tablent sur le retour de la pauvreté en Europe, avec des plus petits conditionnements pour leurs produits (imaginez l'explosion d'emballage pour ces mini doses et l'impact environnemental que cela aura!), voilà une initivative POSITIVE et tellement intéressante dans le domaine de l'alimentation qu'elle devrait inspirer des groupes locaux et pourquoi pas, des communes entières.

 

 

incroyables-comestibles.jpg

 

Comment le collectif fait bouger les choses !

 

Tout a commencé il y a maintenant 4 ans, dans une petite ville de 14.000 habitants au nord de Manchester (Royaume Unis), à savoir ....Todmorden. A cette époque, la ville se mourrait, voyait ses emplois s'envoler et ses habitants avaient le moral en berne !

 

C'est face à cette situation qu'un petit groupe d'activistes a provoqué une réunion pour voir quelles pistes seraient possibles pour changer cela avec en tête, l'idée de lancer un projet de sensibilisation à l'environnement et pour une alimentation locale. Avec une très forte adhésion dès la première réunion, le petit groupe s'est vite organisé pour développer et mettre en pratique cette idée !

 

S'appuyant sur trois piliers, à savoir la collectivité, l'éducation et l'économie, cette approche produit des petits miracles depuis maintenant 4 ans. Ainsi, la population locale s'identifie et s'engage dans ces projets, avec la volonté de faire bouger les choses. Les écoles de la ville et donc les élèves, ont planté des potagers et des arbres fruitiers dans leurs enceintes mais aussi sur certains terrains qui étaient à l'abandon. L'hôpital a mis en place des bacs de plantation pour fruits et légumes ainsi que la police, les organismes régionaux......

 

Un vrai retour de la solidarité et de l'échange

 

L'idée est de produire localement pour consommer localement tout en partageant dans la mesure ou de nombreux espaces verts sont ouverts à la cueillette..... Il vous manque du persil...hop, allez en chercher dans le petit jardin d'herbes aromatiques qui poussent le long d'un chemin. Une tomate.....la police en a peut être dans ses potagers?

 

Je vous parle ici des fruits et légumes mais il y a aussi des démarches communes entamées au niveau des ruches, des poules et des vaches (pour les omnivores :-)).

 

Ainsi, en 4 ans, cette démarche a changé localement les mentalités et a permis à une ville d'avancer dans un projet commun, enthousiasmant et particulièrement d'actualité car ....si les grands industriels nous parlent de retour de la pauvreté, ne devrions nous par leur dire (ainsi qu'à nos politiques)  qu'il faut qu'il y ait un retour de la solidarité et du partage?

 

Pour découvrir cette initiative en vidéo, regardez ce reportage.....J'adore l'idée du jeu avec la pince à linge !

Ou sinon, sur internet, en les contactant ici

 

 

 

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés