En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41  42   43ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez moi sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg


Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Des réussites écolos en Europe

Lundi 10 décembre 2007 1 10 /12 /Déc /2007 22:15
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Alors que pour certains, l'avenir passe par ce type de cheminées

centrale-by-night.jpg

(vous remarquerez au passage que j'ai essayé de vous trouver une belle image de centrale nucléaire by night)

pour d'autres, c'est au contraire un peu comme sur ces photos qu'il se dessine

Wind-farm2.jpg                 wind-farm1.jpg                                  




wind-farm.jpg







C'est ainsi que l'on pourrait résumer de manière schématique les options que prennent la France et la Grande Bretagne pour leur avenir énergétique. D'un coté, la France fait le pari de quasiment tout miser sur le nucléaire. De l'autre, la Grande Bretagne qui vient d'annoncer, par l'intermédiaire de John Hutton, Secrétaire d'Etat aux Entreprises et à l'énergie, que son pays se lançait dans un projet d'envergure destiné à constuire un parc éolien tel qu'il permettra d'ici 2020 de fournir en électricité tous les foyers britanniques


L'idée est d'installer les 7000 éoliennes prévues, le long des cotes anglaises, avec deux turbines par miles dans des eaux de maximum 60 mètres de profondeur. Bien évidemment, ce projet sera soumis à une enquête environnementale mais, personnellement, je le trouve enthousiasmant.


Tout d'abord, en optant pour le renouvelable et l'éolien, le Royaume-Uni va littéralement booster ses entreprises, son approche éco-économique et la demande de main d'oeuvre dans ce secteur. Ensuite, l'éolien est une technologie facilement exportable contrairement au nucléaire, qui demande, entre autres, un minimum de stabilité politique, ainsi qu'une maintenance irréprochable. Ensuite, le jour où l'on trouve une nouvelle forme d'énergie, on démonte les éoliennes (alors que pour la centrale ....et bien....on ne la démonte pas, c'est trop compliqué, on garde notre uranium, c'est dangereux et cher !) Enfin, le gouvernement britannique semble avoir pris la mesure des enjeux du réchauffement climatique dont on débat en ce moment à Bali avec un tel projet.


J'aime beaucoup l'image qu'a utilisé John Hutton il y a quelques jours lors d'une réunion interministérielle européenne : "Les énergies renouvelables seront au coeur de notre future économie faible en carbone, tout comme ont pu l'être, pendant la révolution industrielle, les cheminées, la construction de routes et la production d'automobiles à la chaîne"


Et bien moi, en tant que Français, j'ai le sentiment que je ne vais pas en voir beaucoup d'eoliennes et que je suis mal parti pour vivre dans une économie faible en carbone ! Un peu désespérant, non?

 

Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 4 décembre 2007 2 04 /12 /Déc /2007 23:34
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Dans un monde où tout doit être "plus" : plus rapide, plus beau, plus performant, plus fort, plus loin, plus avantageux......le mouvement lancé par Cittaslow apporte une vraie bouffée d'oxygène.

   cittaslow.jpg

Lancé en 1999, l'idée est partie d'un constat bien réel pour une "ville moyenne" : la difficulté de se développer et de lutter contre les délocalisations. Ainsi, le maire de la ville d'Orvieto, en Italie, a souhaité mettre en place un mouvement permettant de ralentir le cours des choses, d'aborder les sujets sous un angle nouveau, de défendre une vraie qualité de vie, de valoriser un patrimoine et de développer une économie "propre" et solidaire.....avec comme objectif de "relancer" le dynamisme de la ville.

orvieto-view-sunset.jpg

En 7 ans, de nombreuses avancées sont à enregistrer...aussi bien d'un point de vue économique (avec très souvent, le développement d'un tourisme responsable) qu'en matière d'environnement. Le réseau qui regroupe plus de 100 villes de moins de 50.000 habitants réparties dans 10 pays, permet de partager des idées et des expériences.

Ainsi, à Orvieto, le réseau de bus a été densifié, des parkings ont été construits aux bords de la ville et des zones piétones et pistes cyclables ont également vues le jour. A Waldkirch, en Allemagne, c'est un parc d'activité, mixant aussi bien des habitations que des bureaux, qui est sorti de terre avec une approche bioclimatique : orientation des batiments, toitures végétales, récupération des eaux de pluie, géothermie, isolation renforcée, matériaux "propres"... 
En Espagne, à Palafrugell, c'est un programme ambitieux de sensibilisation des citoyens à la gestion des déchets et au compost qui a été mis en place. En Nouvelle Zélande, c'est une communication pratique orientée vers les citoyens pour lutter contre le réchauffement climatique qui a été mise en place !

Au final, ces villes, tout en ayant parfaitement conscience du monde dans lequel elles vivent, ont réussi à se développer de manière harmonieuse et beaucoup plus en phase avec leur environnement.

A l'approche des élections municipales, en France, j'espère que certains prétendants auront comme ambition de rejoindre ce mouvement des "villes lentes" car au final, l'économie locale est renforcée, les habitants se sentent mieux dans leur environnement et des projets ambitieux peuvent être lancés.
 
Alors, à votre avis, quelle sera la première ville française à se lancer dans cette direction?

Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 27 novembre 2007 2 27 /11 /Nov /2007 23:41
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Qui n'a jamais révé de vivre sur une ile ???  En fait, quand on se projette dans ce type de situation, on a plutot tendance à penser à une ile des caraibes ou de l'océan indien, avec ses cocotiers, son sable blanc, sa barrière de corail...mais curieusement, on a du mal à envisager une telle situation en Europe alors que pourtant, des solutions existent.

Gotland-ferme.jpg

Disons que pour être très précis, deux projets intéressants sont menés actuellement en France et en Suède pouvant aller dans ce sens ! 

gotland-electricit--.jpg Tout d'abord, partons en Suède, sur l'île de Gotland. En pleine mer baltique, c'est l'endroit le plus ensoleillé de Suède (oui, oui, croyez moi, il y a bien du soleil en Suède !) et l'île compte 58.000 habitants. Dès la fin des années 90, les habitants de l'île ont souhaité dépendre des éléments naturels pour produire leur propre énergie, avec un objectif de 100% d'énergie renouvelable en 2015 ! Et le pari semble en passe d'être gagné ! Une centaine d'éoliennes on- et off-shore, des panneaux solaires, des centres d'informations pour sensibiliser la population .... Résultat encourageant car à ce jour, plus de 50% de l'énergie vient du renouvelable (vent, solaire et biomasse) ! 


Autre exemple remarquable .... En France, cette fois ci, sur l'ile de Kemenez, en Bretagne. L'idée du Conservatoire du Littoral a été de relancer l'exploitation agricole d'une ile désertée en ayant une approche 100% écolo ! Tout a été pensé dans cette opération de réhabilitation avec l'eau potable en provenance du puits, l'énergie fournie par l'éolienne et les panneaux photovoltaiques.  Enfin, les personnes qui exploitent maintenant l'ile, vont ouvrir dès l'été prochain des chambres d'hotes (100% écolo, of course!)

Voilà deux exemples complémentaires prouvant que si l'on arrive à maitriser intelligemment les éléments naturels, on peut vivre d'amour et d'eau fraiche...même sur nos iles ! Comme quoi, tous les espoirs sont permis, non?
 

Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 14 novembre 2007 3 14 /11 /Nov /2007 21:33
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Vous devez vous dire qu'ils sont givrés et que le froid a gelé quelques neurones mais pourtant, c'est bien ce que font les Suédois pour pouvoir continuer à se déplacer. Pour cela, rien de plus simple...même quand il y a de la glace et de la neige qui recouvrent les routes, hop, on monte les pneus cloutés pour vélo! (vous remarquerez sur cette photo les petits "clous" qui sont très appréciables quand il y a beaucoup de glace sur les routes)

Pneu-neige-v--lo.jpg Et voilà, vous n'avez plus de prétexte pour remiser votre vélo ! (bon, c'est surtout pour moi, que je dis cela)

Comme quoi, si on veut réellement lutter contre le réchauffement climatique et que l'on réfléchit aux questions de déplacements urbains, on trouve des solutions...même celles qui peuvent nous paraitre les plus insolites !

Et au final, pas certain que ce soient les Suédois les plus givrés......

Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mardi 13 novembre 2007 2 13 /11 /Nov /2007 23:37
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Quand on fait un tour d'Europe des pratiques environnementales, on est souvent amené à découvrir des projets tous plus passionants les uns que les autres mais celui de Braamwisch (en Allemagne) est certainement un des plus remarquables.

Tout d'abord, il date de la fin des années 90 et a été initié par des citoyens, qui se sont alors regroupés dans une association, et les collectivités locales. L'idée était de construire un nouveau quartier à vivre "expérimental"  dans la banlieue de Hambourg (Allemagne).

braamschisch-joli.jpg

A cette époque, on parlait déjà beaucoup  (en Allemagne...précision importante), des enjeux de maitrise de l'énergie, de gestion durable de l'eau et de respect de l'environnement. Aussi, l'idée a été de construire 40 habitations (chacune d'environ 125m²) avec un impact aussi minime que possible sur la planète.

Les matériaux utilisés dans le cadre de la construction sont des matériaux "propres" et non polluants. Un soin particulier a également été apporté à l'isolation des maisons. Pour ce qui est de l'énergie, toutes les maisons ont été équipées de panneaux solaires et cellules photovoltaiques. Un système de récupération des eaux de pluie a été mis en place et dans un grand nombre d'habitation, des toilettes sèches ont été installées. Dans d'autres habitations, les toilettes bénéficient de l'eau de pluie. 

L'ensemble du quartier est piéton et l'objectif entre habitants est de partager l'automobile (bref, du Vélib adapté à la voiture bien avant l'heure).

braamwisch.jpg

Ce projet a fait parler de lui à la fin des années 90 quand il a été réellement lancé, avec des habitants dans les différentes maisons.....et ce qui est remarquable, c'est qu'avec le recul que nous avons maintenant....on peut clairement dire que ca marche !

Tout d'abord, même si les constructions avaient à l'époque couté environ 15% de plus que le prix d'alors, les économies enregistrées tous les ans sur la partie consommation d'eau et d'électricité font que l'investissement sera rentabilisé dans 5 ans (soit 15 ans pour rentabiliser l'opération)....et là, nous ne parlons que "coûts" car l'impact calculé sur les réductions de CO2 est très important. Une récente étude a montré que les habitants vivant dans ces maisons dégagent l'équivalent de 0,31 Tonne de CO2 par an/personne à comparer aux 2,05 tonnes de CO2 émises en moyenne par habitant en Allemagne.

Aussi, à l'heure où l'on nous parle de projets pharaoniques en France (du type Ecopolis), on ferait mieux de libérer les énergies et de monter des micro projets dans toutes les villes de France car ....Braamwisch date maintenant d'il y a 10 ans. Il est plus que temps de rattraper notre retard, non?

Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés