En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41  42   43ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez moi sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg


Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

Des réussites écolos en Europe

Mardi 18 mars 2008 2 18 /03 /Mars /2008 22:05
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe
Ces jours ci, avec les Championnats du Monde de Patinage artistique, on vous parle beaucoup de Göteborg mais je ne suis pas certain que l’on vous présente des réussites environnementales dans la ville ! Dommage ….et c’est pourquoi je vous propose de découvrir aujourd’hui une réhabilitation réussie dans un quartier de Göteborg.

undefined
 
Au nord de la ville se trouve le quartier de Gardsten. Construit à la va-vite dans les années 70, délaissé en partie par les politiques publiques, ce quartier ne bénéficiait pas d’une excellente réputation ni de grande qualité de vie.
Pour y remédier, la ville de Göteborg a souhaité réhabiliter dans les années 90 toute cette partie nord de la ville dans une logique de Développement Durable.
 
A coté des efforts de remise à niveau des équipements publics, des liaisons de transports en commun entre le centre de Göteborg et ce quartier, de la redynamisation économique, le projet insolite de Gardsten a été de transformer des logements sociaux en habitats solaires.

Pour ce faire, la société qui gère les logements sociaux de la ville a crée une entité spéciale, entière dédiée à la gestion locative de ce quartier : Gardstenbostäder. Les locaux de cette structure ont été implantés au cœur des bâtiments existants.
 
Le projet de rénovation solaire a été appliqué à 10 immeubles, en intégrant :
 
-         des capteurs solaires sur les grands immeubles, permettant le préchauffage de l’eau pour tous les habitants
-         - des systèmes innovants de chauffage solaire passif
-         L’isolation thermique par la mise en place de vitrage des balcons et l’amélioration des fenêtres
-         L’installation d’appareils économes en énergie dans les parties communes
-         Des serres communes favorisant le chauffage solaire passif et permettant aux habitants des immeubles concernés de faire des plantations
-         La mise en place de composteurs de systèmes de recyclage.

undefined
 
Tous ces changements ont été faits en deux phases : 2001 et 2004 et la rentabilité des investissements est estimée à 14 ans, en sachant qu’au-delà de l’approche budgétaire, on économise 1.000 tonnes de CO2 par an. En tout, 255 appartements ont bénéficié de ces approches, ce qui fait de l’ensemble concerné, la plus grande réhabilitation solaire d’habitat social.

 
Alors, si quelqu’un vous dit que le solaire, ça ne fonctionne que dans le sud de la France et ce n’est réservé qu’aux personnes aisées, donnez lui cet article à lire car …ca se passe bien à Göteborg, en Suède et dans de l’habitat social !
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 11 mars 2008 2 11 /03 /Mars /2008 22:52
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

undefined Au début des années 80, en Suisse, face à des prix immobiliers élevés (déjà!), des personnes ont décidé de se regrouper en créant des Wogeno (Wohngenossenschaft), à savoir des coopératives d'habitants. Avec plus d'une vingtaine de coopératives en Suisse, puis en Autriche et en Allemagne, la France compte dorénavant sur Lyon sa première coopérative.



Quel en est le principe?



La coopérative regroupe des personnes souhaitant un autre type d'habitat, une autre qualité de vie et un autre rapport au logement. C'est par la mise en commun de ressources financières et par la participation active des habitants que la coopérative réalise ses projets.




L'autogestion des immeubles permet aux habitants de définir un cadre de vie plus proche de leurs aspirations, modulables au gré de leurs besoins.


Le but de la coopérative est de :

- sortir des immeubles du marché immobilier
- de les remettre en gestion aux habitants sous forme de bail associatif
- garantir aux habitants un loyer correspondant aux coûts réels de l'immeuble


undefined

Les aspects sociaux et écologiques se retrouvent dans les démarches des coopératives d'habitant. Ainsi, à Munich, en Allemagne, un immeuble entièrement éco conçu a été construit en 2001(cf photos). De même, la dernière acquisition de la Wogeno de Munchc concerne un immeuble pouvant loger 400 personnes. Dans ce cas, des rénovations ont également été faites dans l'optique de diminuer au maximum l'impact environnemental.




De nombreux exemples nous viennent donc de l'étranger et nous prouvent que les coopératives d'habitants sont possibles. Actuellement, à Lyon, un groupe s'est créé et ...sachez qu'une réunion d'information se tiendra le 19 mars.
 
Pour celles et ceux qui habitent dans la région, c'est l'occasion de découvrir cette démarche originale. Pour les autres qui seraient intéressés, je suis certain que cette association, Habicoop pourra vous renseigner et aider dans vos démarches.

Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Mardi 4 mars 2008 2 04 /03 /Mars /2008 23:58
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Aujourd'hui, je vous propose de partir en Allemagne, dans la ville de Leinefelde plus précisément. Petite bourgade de 20.000 habitants, Leinefelde est située sur l'ancien territoire de l'Allemagne de l'Est et, jusqu'en 1989, n'était pas un exemple de réussite en matière architecturale, comme le prouve cette photo

  undefined


Heureusement, les autorités locales se sont vite rendues compte, une fois le mur tombé, que la ville n'avait plus grand chose d'attractif, entre ses entreprises qui fermaient et son environnement immédiat qui n'était pas particulièrement agréable. C'est alors qu'est né au début des années 90, un projet de développement soutenable de la ville, en s'appuyant sur les trois piliers que sont l'écologie, l'économie et le social.


undefined


L'objectif a été d'impliquer au maximum les habitants dans toutes les démarches. Des réunions d'informations, des rencontres individuelles et des projections ont accompagné tous ces changements. Ainsi, il a été décidé de démolir 50% des logements existants et de remettre à neuf, suivant des standards environnementaux exigeants, les 50% autres. D'un coté, il a fallu reloger certaines personnes et de l'autre, profiter des périodes de vacances dans les logements, pour pouvoir les remettre petit à petit à neuf.


Approche environnementale

Lors des démolitions des immeubles, les entreprises ont fait en sorte de récupérer au maximum des matériaux, pour pouvoir les réutiliser dans d'autres chantiers. En procédant ainsi, des nouvelles techniques ont été développées et ont fait de ce chantier, un véritable laboratoire.

Coté réhabilitation, un effort particulier a porté sur l'isolation des bâtiments et des panneaux solaires ont été installés. Le système de drainage des eaux de pluie mis en place a permis de gérer le flux d'eau, récurant "naturellement" les égouts.

undefined Ensuite, la place dégagée par la démolition de certains immeubles a servi à créer des espaces verts, des pistes cyclables et par conséquent, de favoriser la biodiversité. Avec une réduction de la densité urbaine et une végétalisation des espaces, les habitants se sont appropriés les nouveaux espaces....ce qui a entraîné une attitude protectrice de leur part.




Approche sociale

Face à une ville qui pouvait paraître inhumaine, l'objectif a été de réintroduire les services publics dans tous ces espaces. En récréant un lien entre l'Etat et les citadins, la ville a commencé à faire évoluer les mentalités. Toutes les écoles ont été rénovées et ont reçues des équipements très modernes (aires de jeux, ordinateurs, bibliothèques...). Des activités sportives ont également vues le jour. 

undefined Un journal local a été créé, tout comme des expositions et des rencontres, pour accompagner l'ensemble du projet. De plus, des rencontres régulières ont été instituées entre les locataires et les propriétaires des appartements, afin d'améliorer le dialogue et la compréhension entre tous.




Approche économique 

En revitalisant la ville, des emplois se sont créés et actuellement, le taux de chomage dans la ville est de 14% ....à comparer au 16,7% de taux de chômage pour l'ensemble du Land. A ce jour, on compte plus de 2.500 entreprises dans la ville, ce qui en fait maintenant une véritable force d'attraction pour de nouveaux habitants. D'ailleurs, en 2006, la population augmentait de nouveau et cette fuite des citadins était enfin enrayée.


Ainsi, cette expérience qui sert de véritable laboratoire pour le Land de Thuringe mais aussi, pour l'Allemagne, a mis en avant les enseignements suivants : 

- qu'il est possible de faire évoluer les choses même dans un environnement à priori réfractaire, pour peu que le projet soit lancé rapidement et de manière cohérente

- que les actions isolées n'ont pas de sens mais bien au contraire, une approche globale sur les trois piliers que sont l'économie, l'écologie et le social

- que la qualité est un véritable gage de durabilité et que d'un point de vue architectural, il est important d'impliquer un maximum d'architectes pour créer l'émulation entre eux

-  Le suivi d'un tel projet doit se faire par des équipes stables et solides

- Enfin, la transparence et l'information délivrées au public permettent de créer la confiance, nécessaire à des projets de cette envergure.

En 15 ans, environ 130 millions d'Euros ont été investis pour littéralement transformer une ville, dans une logique de développement durable. Un projet exportable chez nous, vous ne croyez pas?

 

Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 27 février 2008 3 27 /02 /Fév /2008 10:05
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe
« Forelle 2010 » est un très beau projet engagé par le Land de Hambourg, (Allemagne.) en parfaite harmonie avec les citoyens.
 
undefined Au départ de cette initiative, les Bachpatenschaften. Ce sont en fait des regroupements de personnes que l’on pourrait traduire par des « comités de parrainage de ruisseaux ». L’idée est de proposer à des citoyens sensibles à l’environnement, à des enfants ou des écoles, de se regrouper dans un tel comité, afin d’engager des actions de protection et de suivi des ruisseaux.
 
A ce jour, on compte dans toute l'Allemagne, plusieurs milliers de participants regroupés dans environ 800 comités de parrainage. Chaque comité est représenté par une personne, laquelle signe une charte officielle auprès de la ville dans laquelle se trouve le ruisseau qui va être suivi.
 
La démarche est remarquable dans la mesure où elle associe pleinement les citoyens (et également très souvent les écoles) au respect de la nature et de la biodiversité. En effet, parmi les engagements que l’on attend de ces comités, se trouvent le suivi de la faune et de la flore des ruisseaux, des opérations d’aménagement et de nettoyage des rives ainsi qu’un « retour » d’information auprès des autorités compétentes en cas de problèmes.
 
undefined Aussi, lorsque le Land de Hambourg a souhaité réaménager ses différents ruisseaux, afin d’y voir renaitre une grande biodiversité, avec comme objectif en 2010, d’y retrouver entre autres, des truites (d’où le nom du projet), il a facilement trouvé de nombreux relais sur le terrain.
 
Plus de 800 personnes ont décidé de relever le défi avec le Land. Ainsi, les premières études menées à la fin des années 90 ont montré les actions à entreprendre. Les objectifs qui avaient été fixés aux comités de parrainage étaient de détruire les barrages ou au moins de les rendre franchissables, de dynamiser et de diversifier la structure du cours d’eau par la création de méandres internes et de zones de remous. Bref, il fallait redonner vie et mouvement à l’ensemble.
 
De l’autre coté, la ville devait engager des actions pour limiter au maximum les rejets de polluants et autres pesticides, en sensibilisant les entreprises et les citoyens.
 
 
Actuellement, le projet avance conformément aux plans initiaux et les responsables sont très optimistes quant à la réalisation des objectifs. Double victoire, à priori. D’un coté, une biodiversité que l’on fait renaitre en pleine zone urbaine et de l’autre, une sensibilisation accrue des citoyens aux enjeux environnementaux.
 
Alors, si vous allez prochainement à Hambourg et que vous voyez des truites dans les cours d’eau…dites vous qu’il y a eu une volonté politique forte avec un véritable engagement citoyen…..gage, à mes yeux, d’une vraie pérennité dans le projet.
 
Un bel exemple à suivre, vous ne trouvez pas ?
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 19 février 2008 2 19 /02 /Fév /2008 23:53
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Tout d’abord, plantons le décor. Munich est la troisième ville d’Allemagne, capitale du Land de Bavière et compte 1,3 millions d’habitants intra muros et le double avec son agglomération.

 
Deux grands projets récents prouvent à quel point l’eau et Munich font bon ménage.
 
Cette semaine, je vais vous parler de la renaturation (qui est le retour à la nature) de l’Isar, affluent du Danube qui traverse la métropole sur environ 26 kilomètres. Alors que dans un bon nombre de villes françaises, on parle de réhabiliter les rivières et fleuves, je crois que tout le monde pourrait s’inspirer de ce qui a été fait en Allemagne.
  
undefined
L’idée est née en 1995 de renaturaliser le lit de l’Isar, qui avait été complètement canalisé au 19ème siècle. Plusieurs objectifs étaient fixés : 

-         Accroissement de la protection contre les inondations
-         L’amélioration de la qualité de l’eau
-         Augmentation de la biodiversité des abords de la rivière
-         Rétablissement des fonctions écologiques de la rivière (couloir de circulation, habitat ou refuge pour de nombreuses espèces, zone tampon interceptant les polluants…)
-         Mise en valeur des rives pour les loisirs des citadins 

undefined  

Pour atteindre ces objectifs, le projet s’est déroulé sur plus de 10 ans (car le projet était dans la ville de Munich mais aussi en aval et en amont). Il a fallu prévoir de nouvelles installations pour renforcer la sécurité en cas d’inondation, étendre le lit du fleuve et développer les rives (rives basses, banc de graviers, renaturalisation et stabilisation naturelle des digues)
 
undefined

Au final, le résultat est remarquable car ….on peut maintenant se baigner, dans l’Isar, en plein cœur d’une métropole de près de 3 millions d’habitants, et si vous avez un peu de chance, vous pourrez apercevoir le castor qui se trouve à proximité du Deutsches Museum, en plein centre ville.
 
Bel exemple d'une cohabition réussie entre la ville et la nature, vous ne trouvez pas ?
 
Pour plus d'informations, cliquez ici
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés