Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez Ecolo Du Jour sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg

 

Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 21:01

Retenez bien ces 3 lettres qui signifient « High Carbon Stock ». Alors que les négociations de la COP21 rentrent dans leur dernière ligne droite, je trouve étonnant que l’on mette de coté dans les articles et débats une démarche innovante qui a vu le jour en 2011 et qui permet à la fois d’allier préservation des forêts, biodiversité et développement économique.

 

Que je vous explique !

 

Alors, je vous préviens, c’est un peu technique mais bon, si on veut sauver la planète et les forêts, ce n’est pas non plus si facile que ça !

Auparavant, les entreprises de planteurs (celles qui vont donc récolter les matières premières) ne se gênaient pas pour déforester à tour de bras car aucune méthode spécifique de gestion des forêts n’existait. En gros, ces entreprises « essayaient » dans le meilleur des cas de respecter les zones à forte valeur de Conservation (High Conservation Values areas) et pour le reste …..tout partait en fumée !

 

 

Déforetation - Forêts tropicales - Palmiers à Huile

Déforetation - Forêts tropicales - Palmiers à Huile

Heureusement que des ONG comme Greenpeace et le TFT ont pu mettre en place dès 2011 une approche permettant à ces sociétés de prendre en compte, au travers d’une méthodologie avec cartographie puissante sur le terrain, les différentes zones forestières pour s’assurer qu’en cas de mise en culture de nouveaux plants (palmier à huile, hévéa…), cela ne se ferait plus soit sur des tourbières (qui ont le grand avantage de stocker de grandes quantités de CO2) ni sur des zones stockant de gros volumes de CO2….. ces zones étant, au travers de cette mesure, préservées et d’une certaine manière sanctuarisées.

 

 

 

Bon, j’espère que je ne vous ai pas perdu avec ces premiers éléments mais sachez en gros que cette approche permet dans un premier temps de ne plus voir ce type d’aberration...car depuis quand la nature est elle aussi « linéaire » ?

 

.

 

L'approche H.C.S......soit 3 lettres pour sauver les forêts!

Ainsi, au travers de cette approche HCS, on préserve donc les tourbières, les zones à fort stock de carbone, les zones à forte valeur de conservation et aussi les populations locales …car oui, de nombreuses personnes vivent dans le monde dans les forêts (plus de 300 millions ! ).

 

Et à mon niveau, que puis-je faire ?

 

Aussi, en tant que consommateur, il est très difficile de savoir ce qui se passe dans les forêts tropicales au niveau des plantations. Malgré tout, sachez que la plupart des grandes multinationales consommatrices surtout d’Huile de Palme ont publié des politiques d’approvisionnement « zéro déforestation – zéro exploitation » basées sur cette méthodologie innovante HCS. Concrètement, cela veut dire que vous pouvez interpeller telle ou telle entreprise pour lui demander si elle a pris des engagements « zéro déforestation – zéro exploitation » et si oui, avec quelles garanties de mise en oeuvre.

 

Alors, vous voyez, on peut espérer que les choses changent si le secteur privé prend des engagements forts. D'autant plus que ce n’est pas tout ! Alors qu’au départ, cette approche était spécifique à l’Huile de Palme en Asie, on la voit se déployer en Afrique, et petit à petit en Amérique latine aussi bien pour la plantation de palmiers à huile que pour d’autres matières premières.

 

A la veille de la COP21, il y a donc quelques raisons d'espérer quand on voit le secteur privé prendre des engagements forts. A nous, citoyens, de faire en sorte que ces engagements soient réellement mis en oeuvre et partagés par de plus en plus d'acteurs, que ce soient aussi bien des entreprises que des Etats ! 

Partager cet article

commentaires