En savoir plus




Le blog Ecolo du Jour a été lancé en 2006 afin de réfléchir, ensemble, aux meilleurs chemins à emprunter pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre notre quotidien plus écologique. Il se veut un lieu personnel d'échanges, de réflexions mais aussi et surtout, créateur d'idées et d'espoirs !
En ce qui me concerne, j'ai 36 37 38 39 40 41  42   43ans, trois enfants et après 6 années en Suède, je vis de nouveau en France, à Lille, depuis 2011.

N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter, ce qui nous permettra de garder un lien et de continuer nos échanges d'idées, ou sinon, retrouvez moi sur facebook ou twitter

facebook.jpgtwitter.jpg


Si vous souhaitez me contacter par mail : suede.gj arobase gmail.com


Recherche

Des réussites écolos en Europe

Vendredi 3 avril 2009 5 03 /04 /Avr /2009 11:58
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Voilà l'idée qui guide les fondateurs et animateurs de "People's grocery", à West Oakland aux Etats Unis.

Depuis quelques années, ces citoyens ont décidé de mettre en place des solutions permettant d'assurer une "justice alimentaire" (food justice). En effet, qu'on le veuille ou non, les aliments bio sont souvent plus chers à l'achat et pas toujours disponibles dans les points de vente traditionnels. Ensuite, les magasins bio ou coopératives sont rarement installés dans des quartiers défavorisés.

Alors, pourquoi inciter les gens à consommer des fruits et légumes, frais et biologiques, en sachant qu'ils n'ont pas accès facilement à ces aliments dans leurs quartiers?

C'est pour gommer cette injustice que People's grocery" s'est lancé il y a quelques années maintenant. Les actions menées se font à trois niveaux :

- Apprendre ou réapprendre aux personnes, comment cuisiner des aliments frais. (personnellement, depuis que je ne mange plus que "bio" et uniquement des fruits et légumes de saison, je peux vous assurer que j'en ai appris des choses et qu'à bien y regarder...."avant", je ne savais pas vraiment cuisiner !!!). En plus des explications délivrées, ces moments permettent d'engager des échanges entre les citoyens (à découvrir dans la vidéo ci dessous)

- Inciter les jardins communautaires locaux ainsi que des producteurs bio à produire pour une consommation très locale, en prise directe avec le consommateur

- En plus de la mise en place de systèmes de bio cabas, les produits sont également vendus dans les quartiers où...en dehors des fast food et boutiques de vente d'alcool, il n'y a quasiment plus rien à acheter de sain !


Personnellement, j'aime beaucoup cette approche car ....avoir accès à une alimentation saine, équilibrée et de qualité devrait être le lot quotidien de tout citoyen ! Actuellement, il faut reconnaître que les produits sains, surtout en période de crise, sont quand même réservés à des personnes qui en ont les moyens ou alors, qui ont déjà franchi le cap, en s'alimentant différemment, à savoir bio, local et suivant les saisons.

Je ne sais pas si cette approche est "un nouveau model pour un monde futur" mais toujours est il que je vous invite à découvrir leur site : ici

ainsi qu'une vidéo, de 8 minutes, expliquant en détail les démarches suivies par Peaple's grocery. C'est en anglais mais cela reste accessible.

Surtout, dites moi ce que vous en pensez !





-
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mardi 19 août 2008 2 19 /08 /Août /2008 08:34
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Je vous avais déjà parlé il y a quelques semaines de l'île de Gotland, en Suède.


Cette île suédoise, située en pleine mer Baltique, s'est donnée pour ambition de ne plus dépendre des énergies fossiles et nucléaires d'ici 2020 et donc de tout miser sur le "renouvelable". Afin d'atteindre cet objectif, de nombreuses actions ont été mises en place aussi bien au niveau des collectivités locales que des particuliers (développement d'un parc éolien assurant à ce jour 22% de l'électricité, développement du micro éolien, de la géothermie et du solaire...).


Ainsi, la bibliothèque de Visby ("capitale" de Gotland et comptant environ 40.000 habitants l'hiver et environ le triple l'été) est une des actions à mettre au crédit de ce programme et constitue très belle réussite architecturale et environnementale.




D'un point de vue architectural, le bâtiment est en plein centre de la vieille ville et s'intègre parfaitement dans cet univers médiéval si caractéristique de Visby. Ensuite, les concepteurs ont cherché à mettre en place des solutions innovantes, avec comme objectif, une consommation maximum de 100 kWh/m²/an (pour mémoire, en France, nous avons une moyenne d'environ 150 kWh/m²/an). Cet objectif est d'autant plus ambitieux que le bâtiment est élevé et compte plusieurs niveaux. Or, plus les bâtiments sont en hauteur, plus l'apport en énergie doit être important compte tenu des "fluides" à faire monter et circuler dans l'ensemble de la structure.

L'idée des concepteurs a été de faire appel aux ressources locales.



-Grace à une pompe à eau en pleine mer, on peut bénéficier de la fraicheur de la mer en été pour rafraichir le batiment. La température de l''eau pompée est comprise entre 6 et  8°

- Mais en plein hiver, cette pompe à eau permet également de chauffer le bâtiment. En effet, l'eau est chauffée grâce à une pompe à chaleur fonctionnant au propane.

- Des panneaux solaires judicieusement intégrés permettent d'alimenter en électricité les systèmes de chauffage et de rafraichissement. Si la production d'électricité est supérieure aux besoins, le surplus est basculé dans les bâtiments municipaux situés à proximité.

- deux puits canadiens situés sur le toit favorisent l'utilisation de la lumière naturelle dans la bibliothèque, limitant ainsi le recours à un éclairage électrique

- des triples vitrages assurent une excellente isolation du bâtiment

- En plein hiver, les grandes surfaces vitrées permettent à la lumière de pénétrer naturellement dans les salles de lecture alors qu'en plein été, les arbres environnants  et les surplombs des toits permettent de faire de l'ombre et de limiter l'impact du soleil sur ces surfaces vitrées.

Cet exemple d'architecture durable, datant de 2005 et sur une surface de 5.400 m², montre à quel point il est important de prendre le plus rapidement possible le virage écologique. L'énergie fossile est de plus en plus chère. A nous d'en tirer rapidement les conclusions et d'innover, comme à Gotland !



Un des puits de lumière situé sur le toit

 




Au premier plan ,des panneaux solaires, fournissant de l'électricité au bâtiment.

Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 10 juin 2008 2 10 /06 /Juin /2008 23:54
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

S'il ne fallait retenir qu'une seule donnée pour lancer un éco quartier, je pense que l'approche participative serait certainement celle là. On peut en effet proposer aux citoyens les plus beaux équipements du monde mais si ceux ci ne correspondent pas à leurs attentes, c'est peine perdue.

L'exemple danois de Vesterbro et son îlot pilote de Hedebygade en est la bonne illustration. La ville de Copenhague s'est assez rapidement développée à la fin du 19ème siècle avec des constructions en dehors du quartier historique. Ces immeubles de 5 à 6 étages étaient à peu près tous identiques, avec des appartements minuscules, sans chauffage ni eau chaude et parfois même sans toilettes. Petit à petit, la ville s'est encore étendue et le quartier de Vesterbro (d'une surface de 35 hectares), pourtant très proche du centre, a été délaissé pour devenir insalubre dans les années 70, accueillant une grande partie du trafic de drogue et la criminalité de Copenhague.

Cour intérieure de l'îlot Hedebygade


Aussi, dans les années 80, la municipalité a souhaité réhabiliter l'ensemble du quartier et surtout, un îlot composé de 19 bâtiments, pour en faire un projet pilote. Au départ, l'approche écologique n'allait pas de soit mais après des réunions entre des propriétaires, locataires et représentants de la ville et du ministère du logement, l'idée d'avoir une approche écologique s'est imposée. Il fallait mettre en place une nouvelle manière de vivre, de façon soutenable et durable, avec des personnes d'horizons différents.

Ainsi, quelques personnes ont été formées pour servir d'intermédiaires entre les autorités et les habitants. Un organisme semi public, mais totalement indépendant, a été mis en place, afin de réunir les différentes parties prenantes de la réhabilitation. Enfin, une revue trimestrielle a été éditée afin d'informer les habitants du quartier des changements à venir, des dates de réunion à ne pas manquer et des contacts relais. La période de concertation a été longue dans le cas de Vesterbro Hedebygade puisqu'on peut dire qu'elle s'est étalée entre 1992 et 1997, année du début des travaux !


Un des aspects pilote de la réhabilitation : orienter avec un système de miroir (en haut sur la photo), la luminosité à l'intérieur des habitations



Les habitants ont pu faire valoir leur point de vue, avec ainsi la création, au coeur de l'îlot réhabilité,d'un espace commun accueillant une salle de jeux pour enfants, une salle de réunion et un local pour lessives...lesquelles sont alimentées grâce à la récupération des eaux de pluie. De même, un grand plan d'organisation des déplacements au sein du quartier a été mené, avec la mise en place de pistes cyclables, rue piétonnes et autres espaces de stationnement.


Maison commune au coeur de l'îlot


10 ans après le début de la réhabilitation de ce quartier, on peut dire que les actions menées ont été à la hauteur des enjeux (comme je le développe ici sur le site d'Ecolo Info). Le quartier est maintenant très agréable et fréquentable, les habitations sont belles et les consommations énergétiques sont très à la baisse par rapport à la moyenne danoise. De plus, des essais qui ont été entrepris ont pu être ou non développés dans d'autres quartiers et villes. 

Cependant, le succès revient également à cette approche participative, qui, même si elle n'est pas des plus simples et rapides, permet de faire adhérer les habitants d'un quartier insalubre pour le transformer en banlieue agréable et vivable pour tous. Un vrai challenge dont on ferait bien de s'inspirer chez nous, vous ne croyez pas?

Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 27 mai 2008 2 27 /05 /Mai /2008 22:37
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Alors que nous entrons dans une période de raréfaction des ressources naturelles à bas prix, il me semblait intéressant de montrer l'exemple de la ville de Göteborg, en Suède, qui a souhaité se projeter en 2050 afin d'étudier les impacts, changements et adaptations que cela signifiait pour devenir une ville durable, entièrement indépendante des ressources fossiles.



Quelles seront nos sources d'énergie en 2050? , comment allons nous gérer nos déchets? comment pourrons nous nous déplacer en ville en limitant au maximum nos émissions de CO2 ou encore quelle alimentation durable apporterons nous aux citoyens de la région?

C'est à ces différentes questions que la ville de Göteborg, ses universités, son école d'ingénieurs Chalmers ainsi que des opérateurs privés (Rénova, Göteborg Energie et Energie Plus) ont décidé de répondre. Pour cela, ils ont mis en place la méthologie suivante :

- Etat des lieux de la situation actuelle
- application de critères environnementaux et durables
- Mise en place de scénarios, grace à des débats publics, pour arriver à intégrer petit à petit des critères soutenables et faire de la ville de Göteborg en 2050 une ville 100% durable et soutenable.

Dans tous les domaines qui ont été étudiés (alimentation, déplacement, urbanisation, déchets et énergie), l'approche énergétique est certainement la plus novatrice et intéressante à étudier.

Actuellement, la ville de Göteborg et sa région ont besoin de 45 Twh/an (Terrawattheure), ayant pour origine :

les énergies fossiles (24 Twh), l'hydraulique (9 Twh), le nucléaire (7 Twh) et la biomasse (5 Twh) (biomasse = ensemble de la matière organique : plantes, arbres, déchets...qui vont être valorisés pour se transformer en source d'énergie)

Le scénario retenu pour l'année 2050 répertorie les sources d'énergie suivantes

énergies fossiles (0 Twh), l'hydraulique (3 Twh), le nucléaire (0 Twh), la biomasse (15 Twh), l'énergie éolienne et marine (7 Twh), l'énergie solaire (5 Twh) soit un total de 30 Twh/an.




Plusieurs constats : Au delà d'une augmentation prévue de la population (passant de 850.000 habitants à 1.200.000 d'ici 2050), la ville de Göteborg mise sur un programme important d'économies d'énergies. Ensuite, les énergies fossiles et nucléaires disparaissent complètement du paysage. D'un coté, pour les énergies fossiles, cela correspond à une raréfaction des ressources et à un taux de pollution trop important, tandis que pour le nucléaire, les Suédois ayant voté, par référendum au début des années 80, une sortie du nucléaire, il fallait donc respecter cette orientation.

Enfin, ces données donnent un cadre très précis des directions à suivre pour les collectivités locales, entreprises, universités et centres de recherche. Quand on connait l'incroyable aptitude des Suédois à travailler ensemble, on sait très bien que ces scénarios seront suivis et très certainement atteints d'ici 2050.

Pour preuve, le programme Göteborg 2050  a été mené en 2003 et 2004 et, 4 ans plus tard, on voit déjà des changements dans la ville avec, les opérateurs d'énergie qui nous incitent à diminuer nos consommations, un recyclage encore plus important des matières organiques pour accroître la part de la biomasse dans le bouquet énergétique et des programmes de recherches et d'études qui sont focalisés sur le recyclage des matériaux.

Toute la ville et sa région sont en mouvement pour ne plus dépendre des énergies du 20ème siècle mais bien plutôt, de celles du 21ème siècle ! Je ne sais pas ce qu'il en est dans votre ville mais, cette vision partagée du futur est très rassurante et pleine d'espoirs pour les habitants de Göteborg et de sa région.

 

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 20 mai 2008 2 20 /05 /Mai /2008 23:19
- Publié dans : Des réussites écolos en Europe

Difficile, aux Pays Bas, de construire de nouvelles habitations sans augmenter son empreinte écologique. Avec déjà la plus forte densité d’habitants au km² en Europe, l'enjeu est souvent d'optimiser l'espace, de diminuer l'empreinte écologique tout en permettant à des particuliers de se loger ! 

Pour résoudre cette équation complexe, la ville d’Amersfoort a décidé, au milieu des années 90, de se lancer dans un programme ambitieux de quartier « solaire ».



 

L’idée a été d’avoir un terrain d’expérimentation et d’essais pour pouvoir ensuite développer pleinement la filière de l’énergie solaire aux Pays Bas. Et c’est bien là que réside la force de ce projet (tout comme dans ceux qui sont menés depuis de nombreuses années dans les pays nordiques) : le risque pris par les pouvoirs publics afin d'avancer pour trouver de nouvelles solutions.

 

Les travaux dans le nouveau quartier de Nieuwland ont débuté en 1995 pour se terminer en 2002. Sur une surface de plus de 70 hectares, 5.000 habitations ont été construites, ainsi que des équipements collectifs (écoles et centres sportifs par exemple).

 

Afin de bien piloter ce projet et de ne pas s’écarter des objectifs initiaux fixés, les autorités locales ont eu recours à la méthode DCBA  qui permet de suivre à tout moment le niveau d’exigence environnementale du projet, en sachant que le D est considéré comme la base et le « A » est synonyme d’excellence.



 

5 approches différentes de gestion de l’énergie solaire ont été testées à Amersfoort – Nieuwland :

 

-          trois écoles primaires à faible consommation énergétique. En plus de matériaux isolants, l’une d’entre elle accueille 192 panneaux solaires ! Ce qui est également intéressant, c’est l’implication et la sensibilisation qui est faite auprès des enfants dans la mesure où des points infos retranscrivent quotidiennement les performances des panneaux

-          Un projet photovoltaïque avec comme objectif, la production d’1MWp. Ce qui signifie que 500 habitations ont été équipées chacune de panneaux solaires sur une surface moyenne de 20m². (Au final, l’ensemble de la production est de 1,3 MWp !)

-          50 logements sociaux ont été équipés de capteurs solaires et panneaux photovoltaiques

-          19 habitations destinées à la vente équipées de panneaux solaires pour leur propre consommation

-          Et enfin, deux bâtiments « à énergie équilibrée » faisant appel aussi bien aux énergies solaires qu’à des éléments présents dans les maisons passives (triple vitrage, par exemple)

 

Ce projet, mené à grande échelle, a permis de valider de nombreux aspects dans les constructions de nouveaux quartiers. Ainsi, la présence de panneaux solaires ne défigure pas l’ensemble. Ensuite, l’organisme social a appris à gérer des logements intégrant des panneaux solaires et enfin des nouvelles techniques ont pu être développées, afin de capter au mieux l’énergie solaire.

 

Contrat rempli, donc, pour ce quartier et on ne peut qu’inciter des municipalités ou promoteurs immobiliers, à se lancer dans des projets ayant une telle envergure car cela fait avancer à grand pas la technologie et la perception des énergies alternatives dans nos sociétés.

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés